Business

Après l’accident du minibus, le chauffeur mis en examen

DRAME

Les analyses ont révélé que le chauffeur, salarié, n’avait consommé ni drogue ni alcool avant l’accident

Le conducteur du minibus qui a subi un accident ayant causé la mort d’un adolescent de douze ans vendredi soir dans le Lot-et-Garonne a été mis en examen pour homicide involontaire et blessures involontaires dimanche soir. « Outre l’interdiction de communiquer avec les victimes et leurs proches, de même qu’avec le personnel du centre de vacances, il lui a également été fait interdiction de conduire tout véhicule terrestre à moteur et d’exercer une activité d’animation ou encadrement avec des enfants », a précisé le procureur de la République, Olivier Naboulet, dans un communiqué diffusé dimanche soir.

Le chauffeur de 26 ans a été déféré devant le parquet d’Agen et placé sous contrôle judiciaire à l’issue de sa garde à vue dimanche soir. Il a été assisté d’un avocat et a préféré garder le silence. Ce « chauffeur salarié » « inconnu des services de justice, de gendarmerie et de police » selon le procureur, avait été placé en garde à vue dans la nuit de vendredi à samedi après avoir été brièvement hospitalisé à Marmande, a ajouté le procureur de la République Olivier Naboulet.

Analyses négatives

« Les analyses pratiquées sur réquisitions du parquet d’Agen révèlent qu’il n’avait pas consommé d’alcool dans les heures précédant la conduite du véhicule, pas davantage que des produits stupéfiants », a précisé le procureur samedi. L’accident s’est déroulé vendredi soir vers 18 heures près de Houeillès (Sud-Ouest). Le minibus est sorti de sa trajectoire, a traversé la voie opposée et a violemment percuté un parapet en béton avant de basculer dans un fossé.

Il transportait sept enfants de 10 à 14 ans qui séjournaient dans un centre de vacances à Sauméjan, près de Houeillès, et qui revenaient d’une activité aquatique. Le bilan est inchangé depuis samedi matin : outre l’adolescent décédé, quatre sont toujours en urgence absolue à Bordeaux et à Toulouse. Deux ont déjà pu retrouver leurs familles, a précisé M. Naboulet.




Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button