Business

Un mineur interpellé pour le tir de mortier dans un lycée des Yvelines

Un élève récemment exclu d’un lycée de Mantes-la-Jolie (Yvelines) a été interpellé mercredi, au lendemain du tir d’un mortier d’artifice à l’entrée de l’établissement, où la majorité des professeurs ont ensuite arrêté le travail en signe de protestation.

« Je confirme l’interpellation (d’un) jeune, mineur de 17 ans, récemment exclu du lycée », a indiqué le parquet. Le maire de Mantes-la-Jolie, Raphaël Cognet, avait dévoilé auparavant cette information.

La principale adjointe visée

Selon les premiers éléments, le tir a eu lieu au moment où les élèves rentraient en cours mardi. Un jeune homme a braqué un mortier d’artifice vers l’entrée, où se trouvait la principale adjointe. Cette dernière n’a pas été touchée, mais le tir a provoqué un mouvement de foule qui a légèrement blessé un élève.

Les chefs d’enquêtes retenus sont « violences avec usage d’une arme sur personne chargée de mission de service public, intrusion dans un établissement scolaire et mise en danger d’autrui », a précisé le parquet.

Selon la même source, le mineur interpellé n’avait jamais été condamné mais était convoqué à paraître devant le juge des enfants pour des faits similaires.

Une rentrée sous tension

Un premier tir de « mortier » (feu d’artifice) avait eu lieu le 19 septembre, et l’auteur présumé, un élève exclu dans la foulée du lycée, était convoqué devant le juge des enfants le 19 décembre.

Comme la très grande majorité des enseignants du lycée, Vincent Smith, professeur d’anglais au lycée Jean Rostand, a exercé son droit de retrait mercredi, et assure que « beaucoup d’adultes et d’enfants sont secoués », « c’est quand même exceptionnel ».

« Les autorités académiques mobilisent leurs services pour résoudre cette situation », a fait savoir le rectorat, afin de « favoriser la reprise sereine des enseignements dans l’intérêt des élèves », sans donner plus de précisions.

« On a toujours eu des problèmes à Rostand, mais pas à ce point-là »

« On a besoin de quelque chose de tangible », martèle Vincent Smith, indiquant que lui et ses collègues reprendront les cours jeudi, « avec des renforts à l’entrée ».

« On a toujours eu des problèmes à Rostand, mais pas à ce point-là, avec une telle intensité dès la rentrée », souligne un autre professeur qui a souhaité garder l’anonymat. Selon lui, un élève a également jeté une pierre sur un enseignant au début de l’année, un événement qu’il lie aux deux tirs de mortiers d’artifice.

Seuls quelques enseignants ont maintenu leurs cours mercredi, et les traces de l’épisode de la veille ont déjà été nettoyées. Les rares élèves présents rentraient en classe sous l’œil vigilant de deux hommes à la carrure impressionnante.

Une brigade de sécurité et bientôt un tourniquet ?

Ils font partie d’une brigade régionale de sécurité de cinq personnes « qui avait déjà été déployée fin septembre et l’est de nouveau jusqu’aux vacances », a indiqué Othman Nassrou, vice-président de la région Ile-de-France.

« On peut mettre un tourniquet à l’entrée pour la sécuriser, la demande vient de nous en être faite par la direction de l’établissement, cela peut être fait très rapidement » a-t-il assuré à la presse.

Ce n’est pas la première fois que des tirs de mortiers d’artifice retentissent au lycée Jean Rostand : en décembre 2021, deux mineurs avaient été interpellés puis présentés à un juge des enfants après des tirs qui avaient visé l’établissement.




Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button