Business

Le suspect du triple infanticide d’Alfortville déjà connu de la justice

  • Un homme de 41 ans a avoué au commissariat de Dieppe avoir tué ses trois filles. Les corps des fillettes de 4, 10 et 11 ans ont été retrouvés à 215 kilomètres de là, à Alfortville.
  • L’homme avait été condamné en 2021 pour violences conjugales. Il avait fini de purger sa peine et ne faisait l’objet d’aucun suivi.
  • La mère des enfants, dont il était séparé, est introuvable. 

La scène de crime a glacé le sang des policiers dépêchés en urgence. Ce dimanche, peu avant 15 heures, les corps sans vie de trois petites filles ont été découverts dans un appartement d’Alfortville, dans le Val-de-Marne. Leur père s’était présenté au commissariat peu avant pour avouer ces homicides. Une enquête a été ouverte et les investigations confiées à la PJ du Val-de-Marne. 20 Minutes fait le point sur les premiers éléments du dossier.

Que s’est-il passé ?

Les aveux ont été recueillis par les policiers dieppois. Vers 14 heures, un homme de 41 ans s’est présenté au commissariat de cette ville portuaire de Seine-et-Marne, expliquant avoir tué ses trois enfants. Il précise vivre à plus de 215 kilomètres de là, à Alfortville, en région parisienne. Un équipage de police local est immédiatement dépêché dans l’appartement familial, sur le quai Jean-Baptiste Clément, face à la Seine. La porte, fermée à clé, est enfoncée.

A l’intérieur, les corps sans vie des trois fillettes de 4, 10 et 11 ans sont découverts. Deux d’entre elles, au moins, portent des traces de coups de couteau, précise une source policière. Une autopsie permettra de déterminer la cause de leur mort mais également de la dater.

Que sait-on du suspect ?

Younès E., 41 ans, n’est pas un inconnu de la justice. En avril 2021, le tribunal correctionnel de Créteil l’a condamné à 18 mois de prison, dont 12 assortis d’un sursis probatoire, pour plusieurs faits de violences familiales aggravées au cours du mois de mars de cette année-là. Parmi les faits reprochés, détaille le parquet dans un communiqué, des violences sur son ex-compagne à l’aide d’un bâton mais également des violences sur conjoint en présence d’un mineur ainsi que des violences « par ascendant » sur un mineur. La peine ferme, exécutée à domicile avec un bracelet électronique, s’est achevée en novembre 2021. Le sursis probatoire, le 28 août 2023. Depuis, l’homme ne faisait l’objet d’aucun suivi spécifique, précise le ministère public.

Par ailleurs, le suspect a fait l’objet d’une enquête pour « viol par conjoint », « classée sans suite au motif infraction insuffisamment caractérisée le 5 juillet 2021 », précise le parquet.

Où est la mère ?

Ce dimanche, cette femme, âgé de 36 ans, est toujours portée disparue. Depuis leur séparation, une garde alternée était en place, selon une source proche du dossier. Cette femme vivait à Marolles-en-Brie, dans le Val-de-Marne. Le suspect a affirmé aux policiers dieppois qu’il ignorait où elle se trouvait, précise une source policière. Elle était toujours injoignable ce dimanche soir. 

D’intenses recherches sont en cours, enquêteurs et magistrats craignant qu’elle ait également subi des violences. Les enquêteurs s’attachent notamment à retracer le parcours de cet homme et comprendre pourquoi il s’est présenté aussi loin de son domicile.




Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button