Business

A Rome, la rencontre entre Giorgia Meloni et Emmanuel Macron marque leurs convergences sur le dossier migratoire

Giorgia Meloni et Emmanuel Macron lors des obsèques de l’ancien président de la République italien, Giorgio Napolitano, à Rome, le 26 septembre 2023.

La question migratoire avait opposé Paris et Rome, parfois violemment, après l’arrivée au pouvoir de la dirigeante d’extrême droite Giorgia Meloni en Italie, en octobre 2022. Aujourd’hui, elle fournit au contraire des perspectives de convergences dont la rencontre, mardi 26 septembre dans la capitale italienne, de la présidente du conseil avec Emmanuel Macron est la dernière manifestation en date.

Les deux pays sont bien loin de la crise diplomatique de novembre 2022 provoquée par le refus de l’Italie d’accueillir les migrants secourus à bord du navire humanitaire Ocean Viking ou de celle qui avait éclaté en mai lorsque le ministre de l’intérieur français, Gerald Darmanin, avait accusé Giorgia Meloni d’être « incapable de régler les problèmes migratoires », dressant des parallèles avec Marine Le Pen.

Organisée après les obsèques civiles de l’ancien président de la République italien Giorgio Napolitano, auxquelles assistait le président français, l’entrevue a été présentée par Mme Meloni comme ayant abordé avec une « attention particulière » la « gestion du phénomène migratoire ». Elle intervient après la formulation par M. Macron de positions susceptibles de converger avec celles de la présidente du conseil. Dans un entretien accordé dimanche 24 septembre aux journaux télévisés de France 2 et de TF1, le président français a eu des propos conciliants à l’égard de l’Italie. « Je veux qu’on travaille avec la présidente du conseil italien », a-t-il déclaré, interrogé sur le dossier migratoire. Cette position a été accueillie le lendemain « avec grand intérêt » par l’intéressée.

Depuis un pic d’arrivées de migrants sur l’île italienne de Lampedusa à la mi-septembre, les contacts se sont multipliés entre les deux gouvernements. Les capitales européennes sont plongées dans une séquence politique et diplomatique dominée par le thème migratoire et coïncidant avec le lancement de la campagne des élections européennes de juin 2024.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés L’île de Lampedusa, aux portes de la forteresse Europe

La situation à la frontière désormais au second plan

Peu avant l’épisode de Lampedusa, Paris avait pourtant annoncé un renforcement des effectifs de la douane, de la police, de la gendarmerie et de l’armée déployés le long de la frontière italienne, où la France a rétabli les contrôles en 2015. Les autorités françaises renvoient systématiquement les personnes en situation irrégulière qui y sont interceptées vers l’Italie, qui doit ainsi en assumer la responsabilité. Ces renvois, enregistrés en nombre croissant au cours des derniers mois, sont condamnés par le gouvernement italien. Ils ont également été jugés non conformes au droit européen par la Cour de justice de l’Union européenne, jeudi 21 septembre.

Il vous reste 54.11% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button