Business

A Rouen, un gigantesque incendie cause l’effondrement de deux immeubles désaffectés

Des pompiers devant un immeuble effondré après un incendie, à Rouen, le 1er octobre 2023.

Un important incendie a ravagé samedi 30 septembre au soir deux immeubles désaffectés à Rouen, qui se sont effondrés, ont annoncé les pompiers et la mairie. L’incendie a dégagé d’importants panaches de fumée au-dessus de la ville, frappée par l’incendie de l’usine Lubrizol il y a tout juste quatre ans.

Selon les pompiers, le feu s’est déclaré au premier étage d’un bâtiment de huit niveaux « désaffecté mais probablement squatté » dans le quartier Saint-Julien. Il s’agit des immeubles verre et acier des Pépinières, situés sur la rive gauche de la ville.

Le feu, qui s’est déclaré vers 18 heures, « s’est propagé dans la soirée à un second bâtiment désaffecté. Les deux immeubles se sont effondrés », a précisé de son côté la mairie dans un communiqué diffusé dans la nuit de samedi à dimanche. « L’incendie semble désormais circonscrit et le risque de propagation écarté », « la phase d’extinction finale du feu est en cours », poursuit le communiqué. Le feu, dont l’origine est inconnue, n’a pas fait de victime, précise la mairie.

Quatre ans après Lubrizol

Environ 130 pompiers ont été mobilisés et jusqu’à une vingtaine de véhicules de secours. « Ces immeubles sont faits d’acier et de verre. Sous le feu, l’acier s’est ramolli », a expliqué Thomy Chauvel, commandant des opérations de secours, au quotidien Paris-Normandie.

Datant des années 1970, ces immeubles contiennent de l’amiante. Ils étaient vides depuis 2018. « Concernant la toxicité des fumées, des mesures ont été réalisées par le service départemental d’incendie et de secours (SDIS) tout au long de l’opération, annonce la mairie. Aucun seuil de dangerosité n’a été relevé. »

Des analyses complémentaires concernant en particulier l’amiante seront menées « dès ce dimanche », affirme la mairie. « Des prélèvements et des analyses des retombées de suies vont être réalisés, ainsi que des mesures au sol et des contrôles de l’air », selon le communiqué. Les résultats seront connus sous quarante-huit à soixante-douze heures. La mairie demande aux habitants « de ne pas ramasser les retombées potentielles (suies et débris), dans l’attente des résultats de l’analyse ».

Ecoles fermées à proximité

Les écoles maternelles et élémentaires situées à proximité de l’incendie resteront fermées par « principe de précaution », poursuit la mairie, qui réunira une cellule de crise dimanche. Un gymnase a été réquisitionné par la mairie au cas où des personnes du quartier devraient être évacuées.

Cours en ligne, cours du soir, ateliers : développez vos compétences

Découvrir

La ville de Rouen reste très marquée par l’incendie de l’usine Lubrizol, en septembre 2019, au cours duquel plus de 9 500 tonnes de produits chimiques avaient brûlé. Ce site de lubrifiants automobiles était classé Seveso seuil haut.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Incendie de Rouen : le feu a bien pris chez Lubrizol, selon un rapport d’expertise

En janvier 2023, un autre incendie a frappé le site de l’entreprise Bolloré Logistics à Grand-Couronne en Seine-Maritime, là encore sans faire de victimes. Il avait notamment touché un entrepôt où étaient stockées 12 000 batteries automobiles au lithium, sur un site industriel non classé Seveso.

Le Monde avec AFP

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button