Business

Action d’extrême droite à Cherbourg : le retour sous alias de Génération identitaire

Groupuscule

Article réservé aux abonnés

Instigateur du happening aux relents racistes à Cherbourg le samedi 9 septembre, le groupuscule Argos s’érige en héritier du mouvement dissous en 2021, en agrégeant des militants orphelins d’une structure nationale de l’extrême droite radicale.

Une trentaine de jeunes hommes, des fumigènes et un discours appelant à «l’autodéfense» : samedi 9 septembre, les Cherbourgeois ont découvert Argos. Un mouvement qui, bien qu’il tente se donner des airs de respectabilité, n’est autre qu’un groupuscule d’extrême droite. Ce happening, par exemple, cache mal un message raciste faisant de l’immigré, surtout s’il est musulman, un ennemi. Le groupe porte en lui le germe de la violence : douze de ses activistes ont été contrôlés puis placés en garde à vue dans la foulée de leur action, car ils étaient «en possession de couteaux et de matraques» a précisé la préfecture de la Manche. En pratique, Argos n’est autre que le retour sous un nouveau nom de Génération identitaire, dissous par les autorités en mars 2021.

Myriade de groupuscules

Argos a annoncé son action par un message publié sur Twitter (rebaptisé X), samedi en début d’après-midi. Le groupuscule se vantait de l’apparition de ses militants à Cherbourg, devant le domicile d’un homme de 18 ans mis en examen en août pour le

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button