Business

Climat : l’année 2023 est la plus chaude jamais enregistrée, selon le programme européen Copernicus

L’année n’est même pas terminée qu’il est déjà établi selon Copernicus, un programme de l’Union européenne, que 2023 est l’année la plus chaude. Elle bat de 0,13°C l’année 2016 qui détenait le record de chaleur.


Publié



Temps de lecture : 1 min

Il fait 40°C à São Paulo, au Brésil, le 14 novembre 2023. (SEBASTIAO MOREIRA / EFE)

L’année “2023 est l’année la plus chaude jamais enregistrée”, affirme Samantha Burgess, directrice adjointe du service sur le changement climatique de Copernicus (C3S), programme de l’Union européenne qui collecte des données sur l’état de la planète. Copernicus peut tirer cette conclusion avant même la fin de l’année, après avoir constaté les “températures extraordinaires de novembre”.

En novembre, il y a notamment eu “deux jours où il a fait 2°C de plus que lors de la période préindustrielle” (entre 1850 et 1900)”, souvent prise comme référence, explique la directrice adjointe. “L’année 2023 a connu six mois de températures records, et deux records de saison”, explique Samantha Burgess. Pendant l’année, il a fait en moyenne 1,46°C de plus qu’entre 1850 et 1900. L’année 2023 a été plus chaude de 0,13°C que l’année 2016, qui détenait le record de chaleur.

Carlo Buontempo, le directeur du C3S, n’est guère optimiste quant à l’évolution du réchauffement climatique : “Tant que les concentrations de gaz à effet de serre continueront d’augmenter, nous ne pouvons pas nous attendre à des résultats différents de ceux observés cette année”, affirme le directeur. “La température continuera d’augmenter, tout comme les conséquences des vagues de chaleur et de sécheresse”, pose Carlo Buontempo. Pour lui, la solution est toute trouvée : “Atteindre la neutralité carbone le plus rapidement possible est un moyen efficace de gérer les risques climatiques”.

Méthodologie :

Copernicus est une composante du programme spatial, spécialisée dans l’observation de la Terre. Il recueille ses données par satellite et “in situ”, depuis des navires, des avions et des stations météorologiques situées un peu partout sur le globe.



Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button