Business

Collision à Elancourt : Sefa est mort lundi en Turquie, annonce son père

Le père de l’adolescent de 16 ans a confirmé à CheckNews la mort de son fils, survenue lundi matin, après son transfert dans un hôpital en Turquie.

Sefa S., l’adolescent de 16 ans, en état de mort cérébrale après être entré en collision à moto avec un véhicule de police dans les rues d’Elancourt (Yvelines), le 6 septembre, «est décédé hier [lundi] à 11 h 30», a indiqué son père à CheckNews.

Plusieurs médias turcs avaient annoncé ce mardi 12 septembre la mort du jeune homme. Dans une vidéo de six minutes filmée par l’agence de presse turque IHA, son père, Mehmet S., déclarait que son fils était «décédé à 11 heures 30», lundi. Dans ce témoignage, le père se plaint du traitement médical apporté à son fils en France et affirme qu’il lui a lui-même prodigué un massage cardiaque. La famille a alors décidé de transférer son enfant en Turquie, où il a été pris en charge dès 4 h 30 lundi matin, avant de décéder finalement sept heures plus tard.

Maintenu en vie artificiellement

Lundi après-midi, des messages partagés sur le réseau social Snapchat, mais dont CheckNews n’avait pas pu confirmer l’authenticité, avaient également affirmé que l’adolescent était mort.

Le jeune homme avait été initialement transféré à l’hôpital Beaujon, à Clichy (Hauts-de-Seine), où il avait été maintenu en vie artificiellement. Sa mort, initialement communiquée à la presse par le parquet de Versailles le soir du drame, avait fait l’objet d’un rectificatif de la part de son avocat puis du parquet lui-même, précisant qu’il se trouvait en «état de mort cérébral». Cette condition signifie que le cerveau a arrêté de fonctionner de manière définitive, mais que le cœur bat et que des organes peuvent être encore transférés.

Transféré en Turquie

Comme l’a rapporté la presse turque, la famille de l’adolescent avait refusé qu’il soit débranché. Avec l’autorisation du parquet de Paris, elle a opté pour qu’il soit transféré en Turquie, dans l’espoir d’une poursuite des soins.

Joint par CheckNews, le parquet de Versailles indique qu’il «ne dispose d’aucune information à ce sujet. Le jeune homme a été laissé à la disposition de la famille, qui ne nous a en l’état donné aucune information. Une information judiciaire est ouverte ce jour du chef de blessures involontaires, il appartiendra au juge d’instruction de solliciter tous les éléments utiles, et notamment l’éventuelle preuve du décès, ce qui ne pourra passer que par un certificat de décès en bonne et due forme.»

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button