Business

Condamné à 13 ans de prison pour viols et attouchements dans l’Hérault, Gilbert Greaux a été arrêté en Floride

Les faits s’étaient déroulés entre 2013 et 2015 au château de la Valloubière à Saint-Jean-de-Fos. En février 2022, l’Héraultais Gilbert Greaux, qui s’était réfugié aux Etats-Unis à l’été 2015, ne s’était pas présenté à son procès. Il a été arrêté le 25 septembre dernier à Port Sainte-Lucie. La justice attend son extradition.

C’est via Facebook, le 25 septembre dernier, que l’interpellation de l’homme d’affaires héraultais Gilbert Greaux, âgé de 79 ans (il les a fêtés en prison ce vendredi 13 octobre), a été officiellement annoncée par le bureau du shérif du comté de Sainte-Lucie en Floride (USA).

“Après avoir été informés par Interpol d’un mandat d’arrêt fédéral, les détectives du comté de St. Lucie, affectés au U.S. Marshals Fugitive Task Force, étaient plus qu’impatients de l’arrêter”, précisait dans son communiqué le shérif Ken Mascara en personne.

Une information que se sont empressés de reprendre de nombreux médias américains parmi lesquels les réputés Daily Mail ou encore The Daily Beast avec force documents de procédure et photos à l’appui.

Reconnu coupable de viols et agressions sexuelles à Saint-Jean-de-Fos

Il faut dire que Gilbert Greaux a été condamné par défaut (c’est-à-dire en son absence sans qu’il n’ait pu avoir connaissance de la date de son procès), le 4 février 2022, à 13 ans de réclusion criminelle par la cour d’assises de l’Hérault après avoir été reconnu coupable de trois viols et quatorze agressions sexuelles. Le mandat d’arrêt qui avait été délivré à son encontre par le magistrat instructeur le 4 décembre 2018 avait ce jour-là été maintenu.

“Nous avions fait diffuser contre lui un mandat d’arrêt européen le 11 mars 2022, puis une demande d’extradition, le 5 mai 2022, transmise aux autorités américaines. Gilbert Greaux a bien été interpellé dans ce cadre. Il doit être transféré vers la France, pour y être d’abord incarcéré sur le fondement du mandat d’arrêt maintenu par la condamnation et ensuite rejugé”, a précisé le parquet général de la cour d’appel de Montpellier, sollicité par nos soins.

Séances d’hypnose collectives

Des faits commis entre octobre 2013 et février 2015 sur des femmes de la région, âgées entre 24 et 50 ans, au sein du château de la Valloubière, à Saint-Jean-de-Fos, que l’homme d’affaires, amateur d’hélicoptères et de bateaux, avait acquis en 2007 après avoir fait fortune dans l’immobilier, à Saint-Barthélemy où il avait passé près de seize ans.

Un château qu’il exploitait en tant que vigneron mais au sein duquel il exerçait une activité de chambre d’hôte. Outre des soins spa, des visites de son domaine viticole (10 ha) et des repas conviviaux, il proposait aussi des séances d’hypnose collectives et des séances de massages énergétiques. Selon les témoignages, c’est lors de ces “séances de magnétisme pour libérer les chakras”, proposées de façon individualisée dans une petite salle à la lumière tamisée, qu’il agressait ses victimes.

Mains baladeuses et pénétrations digitales

Quatorze d’entre elles lui reprochent des mains baladeuses sur les fesses et la poitrine ou encore des pressions digitales sur les lèvres vaginales. Quant aux trois autres, elles parlent même d’attouchements sexuels au niveau du pubis avec pénétration d’un ou de deux doigts dans le vagin.

Des accusations que le mis en cause a toujours réfutées en expliquant qu’il s’agissait “d’une médecine douce au cours de laquelle les mains ne font que survoler le corps à 2 ou 3 cm, sans contact, malgré l’impression ressentie par les patientes”.

Une pratique, pourtant, qui l’avait déjà conduit devant les tribunaux, le 23 novembre 2004, jour où la chambre des appels correctionnels de Basse-Terre en Guadeloupe l’avait condamné à la peine de deux ans de prison avec sursis pour cinq agressions sexuelles !

Selon le Daily Mail et The Daily Beast, une conférence de mise en état aura lieu le 31 octobre en Floride concernant les prochaines étapes d’extradition de Gilbert Greaux vers la France.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button