Business

Déjà isolé sur le Hamas et Israël, Mélenchon s’en prend au Crif

Jean-Luc Mélenchon. FADEL SENNA / AFP

Le patron de LFI a reproché lundi au Conseil représentatif des institutions juives de France de «s’aligner sur la position du gouvernement d’extrême droite israélien» et d’accepter «de manifester avec le RN».

Déjà isolé au sein même de la gauche pour son refus de condamner sans équivoque l’attaque du Hamas, Jean-Luc Mélenchon a ouvert un nouveau front politique lundi 9 octobre au soir en s’en prenant au Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif). «En obligeant tout le monde à s’aligner sur la position du gouvernement d’extrême droite israélien, en acceptant de manifester avec le RN, en insultant les élus futiles du PS, le Crif a isolé et empêché la solidarité des Français avec la volonté de paix et la demande de cessez-le-feu immédiat. Les morts de tous côtés méritent mieux et notre compassion totale», a-t-il écrit sur X (anciennement Twitter).

Le post est tombé dans la soirée, quelques heures à peine après le rassemblement de milliers de personnes, dans une atmosphère grave, pour dire leur solidarité avec Israël, près de trois jours après l’offensive du mouvement islamiste qui y a fait au moins 800 morts. Le mouvement de Jean-Luc Mélenchon, La France insoumise (LFI), est au centre d’une très vive controverse depuis samedi, accusé d’ambiguïtés, voire de complaisance sur l’attaque du Hamas par ses partenaires de gauche et par le gouvernement. À l’inverse des autres formations de la Nouvelle union populaire écologique et sociale (Nupes), LFI n’avait ainsi pas envoyé de représentant à la marche parisienne.

Mélenchon «loin du pacte républicain»

«Nous allons à tous les rassemblements qui expriment une solidarité avec les victimes israéliennes et palestiniennes et qui demandent un cessez-le-feu et le retour de la paix. Ce n’est pas le cas du rassemblement de ce soir», avait indiqué dans la matinée le coordinateur du mouvement, Manuel Bompard. Chez LFI, seul le député de Paris Rodrigo Arenas avait annoncé se rendre à cette manifestation. «La justesse et la justice des causes anticoloniales et du refus des oppressions perdent leur légitimité le jour où elles acceptent les massacres de civils et le terrorisme aveugle comme des stratégies militaires acceptables», a-t-il indiqué dans une lettre à son groupe politique.

Mi-juillet, Jean-Luc Mélenchon avait déjà accusé le président du Crif Yonathan Arfi de faire partie de l’extrême droite après avoir été visé par ce dernier. «Les porte-voix de la France insoumise font davantage partie du problème que de la solution», avait déclaré Yonathan Arfi, accusant le leader de la gauche radicale de se compromettre «loin du pacte républicain».

Outre Rodrigo Arenas, quelques figures de LFI semblent vouloir marquer leur différence avec Jean-Luc Mélenchon et avec le communiqué initial de leur parti, qui mettait en parallèle l’attaque du Hamas et la politique du gouvernement israélien. Pour les socialistes, les écologistes et les communistes, l’heure ne pouvait être qu’à une condamnation sans la moindre ambiguïté du Hamas, auteur de massacres et d’enlèvements de civils.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button