Business

Éducation : cinq écoles ou établissements ont été fermés à cause de la présence de punaises de lit, selon le ministère

Les cinq établissements scolaires fermés se situent à Marseille (Bouches-du-Rhône), au Pontet (Vaucluse), à Louhans (Saône-et-Loire), à Villefranche-sur-Saône (Rhône), à Saint-Dié-des-Vosges (Vosges).


Publié



Mis à jour



Temps de lecture :
2 min

Des produits anti-punaise de lit dans un commerce parisien. Photo d'illustration. (MIGUEL MEDINA / AFP)

“Cinq écoles ou établissements scolarisant 1 500 élèves ont été fermés à cause de la présence de punaises” de lit, affirme vendredi 6 octobre le ministère de l’Éducation nationale à franceinfo. Ce chiffre est établi grâce à des remontées effectuées par les académies. Les sept établissements scolaires fermés se situent à Marseille (Bouches-du-Rhône), au Pontet (Vaucluse), à Louhans (Saône-et-Loire), à Villefranche-sur-Saône (Rhône) et à Saint-Dié-des-Vosges (Vosges).

>> Punaises de lit : France “infestée”, JO 2024 “en danger”… Comment la crainte d’une propagation se répand dans la presse étrangère

Alors qu’il affirmait plus tôt dans la matinée, que deux établissements de Strasbourg et d’Haguenau (Bas-Rhin) avaient aussi été fermés en raison des nuisibles, le ministère apporte un rectificatif ce midi et les enlève de sa liste. Le rectorat de l’académie de Strasbourg assure en effet à France Bleu Alsace que des cas de punaises de lit ont été en réalité repérés la semaine dernière dans des internats d’établissements à Strasbourg (“huit chambres ont été fermées dimanche soir et traitées” dans la semaine) et Haguenau (“une chambre fermée” temporairement avant d’être traitées). 

D’autres établissements concernés mais pas fermés

Des punaises de lit ont également été signalées dans d’autres établissements scolaires, sans nécessiter de fermeture complète de la structure. Le ministère évoque notamment : le lycée Elisa Lemonnier dans le 12e arrondissement de Paris ; le lycée Germaine Tillion à Montbéliard (Doubs) où un “nettoyage de l’internat est prévu aux vacances de la Toussaint” ; “l’internat d’une structure qui accueille depuis la rentrée des élèves du collège Jules Marouzeau à Guéret (Creuse)” où des “solutions ont été trouvées en interne pour assurer l’hébergement des 32 élèves concernés” ; et de “4 chambre d’internat fermées trois jours en septembre dans un lycée de Lorient (Morbihan)” avec “12 élèves concernés”.

Dans un premier temps, le ministère évoquait également un cas dans un lycée de La Ferté-Bernard (Sarthe), mais l’établissement a apporté un rectificatif auprès France Bleu Maine. Le lycée Robert Garnier assure qu’il s’agissait initialement de suspicions de punaises de lit dans un dortoir. La direction a fait intervenir une entreprise spécialisée pour inspecter cette partie de l’internat, mais aucune punaise de lit n’a été détectée. Il s’agissait en réalité de puces localisées uniquement autour d’un lit. 

Concernant le lycée Elisa Lemonnier à Paris, un diagnostic réalisé par une société en charge des détections des punaises de lit a constaté qu’une quinzaine de salles de classe, des bureaux, le CDI, un vestiaire et plusieurs autres locaux étaient infestés, selon un courrier du proviseur que s’est procuré franceinfo. Ces salles ont été “calfeutrées pour éviter la propagation” des nuisibles et en attendant que l’ensemble de l’établissement soit traité “dans la soirée de lundi”. Face à cette situation, un professeur et la FCPE de l’établissement indiquent que des professeurs refusent, comme jeudi, de faire cours ce vendredi, mais pas la totalité des enseignants.



Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button