Business

EN DIRECT – Enseignant tué à Arras: 11 personnes toujours en garde à vue, un rassemblement prévu ce dimanche

“Il a changé de caractère”: une voisine raconte le climat de violence au sein de la famille de l’assaillant d’Arras

Sur BFMTV, une voisine de la famille de l’assaillant, raconte le quotidien dans lequel baignait l’assaillant depuis plusieurs années à Arras, avec notamment les nombreuses violences commises sur leur mère.

“Il a changé de caractère, il est devenu très froid. Quand on lui disait bonjour, il ne répondait plus”, affirme Laurence qui connaît la famille depuis dix ans.

Elle explique enfin que l’assaillant frappait régulièrement sa mère. “Mohammed l’empêchait de manger le soir après le ramadan, il ne voulait pas qu’elle mange. Il la frappait et l’obligeait à faire des prières pendant quatre heures par terre”, ajoute-t-elle.

Notre article complet à ce sujet.

De nombreuses personnes rassemblées à Arras

Alors qu’un rassemblement citoyen est prévu à 11 heures à Arras, à la mémoire de Dominique Bernard, de nombreuses personnes étaient déjà présentes sur la place des Héros à 10h30, comme a pu le constater BFMTV.

Rassemblement à Arras le dimanche 15 octobre, en hommage à Dominique Bernard, l'enseignant tué dans un lycée.
Rassemblement à Arras le dimanche 15 octobre, en hommage à Dominique Bernard, l’enseignant tué dans un lycée. © BFMTV

Des professeurs, parents d’élèves mais aussi simples citoyens sont rassemblés. Le maire d’Arras doit prendre la parole ainsi que des enseignants au cours de cet hommage.

Élisabeth Borne sur l’assaillant: il n’y avait pas de “signes avant-coureurs” de passage à l’acte, malgré “la surveillance rapprochée”

Dans une interview accordée à La Tribune dimanche, la Première ministre Élisabeth Borne est interrogée sur de possibles failles concernant la surveillance de l’assaillant de l’attentat d’Arras. “Les enquêtes permettront de faire toute la lumière”, dit-elle.

“A ce stade”, selon la Première ministre “rien dans les éléments qu’on avait pu obtenir ne permettait de prédire que cet individu, qui était surveillé, pouvait passer à l’acte”.

“On n’a pas eu, malgré la surveillance rapprochée dont il faisait l’objet, de signes avant-coureurs, de sa volonté de passer à l’acte”, ajoute-t-elle encore.

Le père de l’assaillant identifié en Géorgie

Le père de l’assaillant de l’attaque d’Arras a été identifié en Géorgie, a appris BFMTV d’une source proche du dossier.

Les maires appelés à organiser une minute de silence lundi

En parallèle de la minute de silence qui sera organisée dans tous les collèges et lycées ce lundi 16 octobre à 14 heures, l’association des maires de France a relayé cet appel proposant “aux maires qui le souhaitent d’organiser une minute de silence le lundi 16 octobre, en invitant la population à y participer”.

Ce sera le cas à Lille devant l’hôtel de ville ou encore à Cannes et Strasbourg.

Plus de 100 élèves se sont présentés à la cellule médico-psychologique

Le lycée Carnot était ouvert ce samedi pour accueillir élèves et enseignants qui ressentiraient le besoin de consulter la cellule d’urgence médico-psychologique. Selon une source médicale à BFMTV, plus de 100 élèves ce sont présentés et plus d’une vingtaine d’enseignants.

La cellule rouvrira ses portes lundi. Lundi sera par ailleurs une journée d’hommages. Une minute de silence sera observée dans tous les collèges et lycées de France à 14 heures. Les cours du matin sont également annulés juqu’à 10 heures afin de laisser aux enseignants un temps d’échange.

Notre article complet à ce sujet.

L’assaillant connu des services de renseignements

L’assaillant, fiché S pour radicalisation, était dans le viseur des services de renseignement depuis le début de l’été, a appris BFMTV d’une source proche de l’enquête.

Si son casier judiciaire était vierge, il avait toutefois été mis en cause dans une affaire de violences intrafamiliales, notamment pour des violences envers sa mère.

Placé en garde à vue, l’assaillant a pour le moment refusé de s’exprimer sur les faits commis à Arras. “Le dialogue est difficile”, indiquait hier une source proche de l’enquête à BFMTV.

Plus d’informations ici.

Un rassemblement à Arras ce matin

La mairie et l’agglomération d’Arras ont appelé à un rassemblement en hommage à Dominique Bernard, le professeur tué au lycée Gambetta.

Le rendez-vous est donné à 11 heures sur la place des Héros. Les personnes qui le souhaitent pourront déposer des fleurs lors du rassemblement.

La sirène de la ville sera également déclenchée.

Une journée d’hommage lundi

Le président de la région Hauts-de-France, Xavier Bertrand, a annoncé une journée d’hommage demain.

Une minute de silence sera observée à 14 heures dans tous les collèges et lycées.

La reprise des cours a quant à elle été décalée à 10 heures demain pour permettre aux équipes pédagogiques d’échanger entre elle, a annoncé hier le ministre de l’Éducation nationale.

Une cellule d’écoute ouverte à l’académie de Lille

Une cellule téléphonique d’écoute a été mise en place hier pour le personnel de l’académie après l’attaque au lycée Gambetta.

Cette cellule reste ouverte aujourd’hui de 10 heures à 18 heures, et demain à partir de 9 heures. Elle est joignable au 03.20.15.62.00.

Un blessé toujours dans un état grave

Trois personnes avaient également été blessées lors de l’attaque au lycée Gambetta, dont deux hospitalisées pour des blessures physiques sérieuses.

Un agent technique, transféré en réanimation au CHU de Lille, est toujours dans un état grave. L’état du professeur d’EPS, hospitalisé en chirurgie à Arras, s’est stabilisé, a appris BFMTV de source médicale.

Une troisième personne, un cantinier, avait été pris en charge en état de choc par la cellule d’urgence médico-psychologique. Cette dernière a pris en charge plus d’une centaine d’élèves et une vingtaine d’enseignants samedi,et restera ouverte demain.

Onze personnes en garde à vue après le meurtre d’un enseignant à Arras

Bonjour à tous et bienvenue dans ce live, deux jours après la mort d’un enseignant tué au couteau au sein du lycée Gambetta-Carnot d’Arras.

Deux autres personnes ont été blessées dans cette attaque, et une troisième, en état de choc, avait été prise en charge par la cellule médico-psychologique.

Hier, onze personnes, dont l’assaillant, étaient toujours placées en garde à vue.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button