Business

Santé – Face à la désertification médicale, cette commune du Cher va bénéficier d’un système presque unique en France

Au premier trimestre 2024, Charenton-du-Cher sera le troisième village en France, et le premier de la région Centre-Val de Loire, à bénéficier d’un projet unique en France : chaque semaine, des médecins de tout l’Hexagone se relaieront pour soigner les habitants.

Cela ne relève pas de l’ineffable, Pascal Aupy a tout de même du mal à trouver les mots pour en parler. Et pourtant, au cours du premier trimestre 2024, Charenton-du-Cher, commune de 1.107 habitants dont il est le maire, va accueillir un médecin généraliste par semaine.

340 médecins volontaires

Ce système est possible grâce à Médecins Solidaires, créée en avril 2022. “Nous avons un collectif de 340 médecins généralistes et deux centres de santé installés en Creuse”, développe Gabriel du Passage, l’un des directeurs de l’association, en charge du déploiement des centres de santé.

“Nous avons ouvert le premier le 31 octobre 2022, à Ajain, et le deuxième, le 19 juin dernier, à Bellegarde-en-Marche. L’originalité, c’est que les centres accueillent un nouveau médecin chaque lundi.”

Comment cette petite commune de Creuse réussit-elle à attirer des dizaines de médecins pour soigner ses habitants ?

Un renouvellement possible grâce à ces 340 médecins, tous volontaires, qui donnent une semaine de leur agenda médical, par an, pour venir soigner les habitants du territoire. “En zone rurale, de nombreux patients n’ont plus de médecin traitant. Pour entrer dans un parcours de soins ou ne serait-ce que renouveler une ordonnance, c’est très compliqué. À Médecins Solidaires, nous avons organisé une famille de médecins qui agit comme des médecins de famille, grâce à un relais médical, assure Gabriel du Passage. Ce système permet également, pour les patients, d’avoir un regard croisé sur leurs pathologies et, pour les médecins déjà établis sur les territoires en question, d’être soulagés.”

Parmi les volontaires, trois profils. Il poursuit : 

“Les remplaçants, qui viennent faire une vacation. Les retraités actifs, qui représentent un tiers du collectif et veulent arrêter progressivement. Et enfin, les médecins installés. Tous n’ont pas les mêmes motivations, mais ont cette même fibre solidaire.”

Dans cette entreprise, si Médecins Solidaires s’occupe de la partie médicale, elle peut compter sur l’association Bouge ton coq, “dont la vocation est de revitaliser les campagnes, et qui nous apporte une organisation et une vision à long terme.”

Deux centres déjà ouverts dans la Creuse

Médecins Solidaires ne vient pas seulement avec ses médecins, mais aussi deux secrétaires assistants médicaux, dont le recrutement a débuté il y a une semaine, et qui seront payés par l’association. De même pour les généralistes. “Ils ont des contrats courts. Leur hébergement, leurs déplacements et leur salaire sont couverts par le chiffre d’affaires des consultations, perçues par l’association”, éclaire Gabriel du Passage.

Une organisation bien huilée, éprouvée par le nombre de consultations des deux centres creusois. 

“En un an, celui d’Ajain a enregistré 5.000 consultations et 1.200 personnes ont retrouvé un médecin traitant. Au cumulé, avec celui de Bellegarde-en-Marche, nous en sommes à 8.000 consultations.”

Jean-Pierre Bonnaud, maire de Bellegarde-en-Marche, témoigne. “C’est un bonheur. Ici, nous avons deux médecins. L’autre jour, nous en avons eu un de la Drôme et un autre de Paris. C’est devenu un rituel d’aller les accueillir, sourit-il. Notre centre profite à tout un bassin de population. Des gens viennent de Montluçon (Allier) et d’Aubusson (Creuse).”

Sur le planning de ce centre de santé, “le premier semestre 2024 est déjà pourvu en médecins”, s’étonne Jean-Pierre Bonnaud. Sur celui de Charenton-du-Cher, ouvert depuis cette semaine, “les premières inscriptions de médecins tombent”, constate Gabriel du Passage.

Pour l’association, venir dans le Boischaut est une suite logique. Il insiste :

Nous sommes une petite association. On ne peut pas se disperser trop loin de la Creuse. Charenton-du-Cher est à une heure d’Ajain, où seront formées les secrétaires. Être ici nous permet d’avoir un pôle central Creuse/Cher. On ne raisonne pas à l’opportunité. On doit se mouler dans l’offre médicale du territoire. On est au courant que les Saint-Amandois viendront. Nous ne sommes pas là pour soigner uniquement les Charentonnais. Quand nous sommes venus visiter la commune, Pascal Aupy et son conseil nous ont fait confiance tout de suite.

Une confiance réciproque pour le maire du village, qui avoue avoir fait preuve de “pugnacité. Nous avons eu l’idée, avec la pharmacienne de la commune, de contacter cette association. Ici, nous sommes pleinement touchés par la désertification médicale. Nos médecins sont à la retraite. Je trouve ce concept fantastique et innovant. Honnêtement, je n’y croyais plus.”

“Ce système permet aux patients d’avoir un regard croisé sur leurs pathologies”

Les deux secrétaires et le médecin seront installés dans l’ancien cabinet médical, rue Neuve, où exerçaient les précédents généralistes.

Un cabinet dont le bâtiment a été racheté 65.000 euros par la commune, et qui demandera 85.000 euros de dépenses supplémentaires, pour les travaux et le fonctionnement. Pascal Aupy souligne : « Devant l’urgence de trouver un local et le manque de temps pour monter un dossier de subventions, la municipalité a tout payé, souligne Pascal Aupy. Il faut refaire l’isolation et la peinture. Nous avons acheté un lit médical, des ordinateurs, des imprimantes, des bureaux, des machines à laver et un frigo. Nous avons deux mois et demi pour finir ces travaux. »

Qui sont ces médecins “pionniers” qui ont accepté de venir soigner les habitants de ce petit village de Creuse ?

Un lieu où évolueront, également, deux kinésithérapeutes, un ostéopathe, un psychologue et une infirmière. « Ces professionnels de santé exerceront en libéral et seront locataires », ajoute le maire, qui n’espère qu’une chose : 

“Que l’un des médecins qui passera dans ce point médical se plaise, et reste dans le village toute sa vie?!”

Réunion publique

Une réunion publique est organisée, ce jeudi, à 18?h?30, à la salle des fêtes de Charenton-du-Cher. Trois médecins généralistes expliqueront le projet et répondront aux questions des habitants.

Jéraud Mouchet

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button