Business

Gérald Darmanin entend « doubler » les places dans les centres de rétention administrative d’ici à 2027

Le ministre de l’intérieur, Gérald Darmanin, a annoncé dans un entretien au Parisien, samedi 7 octobre, que le gouvernement allait « doubler les places dans les centres de rétention » pour les porter à « 3 000 » d’ici à 2027.

Les nouveaux centres de rétention administrative (CRA), destinés d’ici à 2027 aux sans-papiers en attente de leur expulsion, se situeront dans onze villes, précise le ministre : Dijon, Oissel, Nantes, Béziers, Aix-en-Provence, Goussainville, Nice, Olivet, Mérignac, ainsi que dans le Dunkerquois et à Mayotte. Chacun aura une capacité « d’une centaine de places », a affirmé le ministre. Le gouvernement avait déjà évoqué il y a quelques mois cet objectif de 3 000 places.

Depuis 2017, le nombre de places de rétention a augmenté « de 1 488 à 1 869 places », précise encore une source au sein du ministère de l’intérieur. Au total, 15 922 personnes y ont été retenues l’an dernier en métropole, et 27 643 en outre-mer, selon le rapport annuel des associations de défense des migrants.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés En Europe, les gouvernements convergent vers des politiques migratoires plus restrictives

Cette annonce intervient un mois avant l’examen au Sénat du projet de loi sur l’immigration, plusieurs fois reporté, et qui devrait faire de l’expulsion des étrangers délinquants une priorité. Mais un autre volet du texte, sur la régularisation de travailleurs sans papiers dans les métiers dits « en tension », suscite l’hostilité de la droite.

« Certain » d’un accord avec le Sénat

Interrogé par les lecteurs du Parisien sur ce volet, M. Darmanin a promis qu’il n’y aurait « pas d’appel d’air » et qu’il s’agissait « de régulariser, au cas par cas, ceux qui sont là depuis plus de trois ans en France ». « Arrêtons d’être hypocrites », a-t-il affirmé, en assurant qu’il passait « [son] temps à recevoir des lettres de parlementaires de tous les partis pour [lui] demander des papiers ». Une telle mesure, alors que la France régularise « 7 000 personnes par an pour ce motif », satisferait aussi « tous ces entrepreneurs qui nous demandent de les accompagner », a expliqué le ministre.

Lire aussi le décryptage : Article réservé à nos abonnés Projet de loi « immigration » : l’exécutif tenté de reculer sur le titre de séjour « métier en tension »

Face à l’hostilité affichée des républicains (LR), Gérald Darmanin a rappelé que les centristes (alliés de la majorité de droite au Sénat) étaient, eux, « favorables à cette disposition ». « Discutons », a-t-il ajouté, en se montrant optimiste sur les chances d’éviter le recours à l’article 49.3 de la Constitution, qui permet de faire adopter un texte sans vote du parlement.

« Je suis certain qu’on trouvera un accord, notamment avec le président du Sénat, Gérard Larcher, qui est un grand gaulliste social et qui n’a aucune envie, je le sais, de voir les LR avoir les mêmes positions que le [Rassemblement national] », a ajouté le ministre, lui-même élu des rangs de LR. Réitérant la date du 6 novembre pour l’examen du texte au Sénat, il a appelé à « arrêter de retarder son adoption ».

Enfin sur l’aide médicale d’Etat, réservée aux sans-papiers, il s’est dit « favorable », mais « à titre personnel » à la proposition de la supprimer pour « la transformer en (…) aide médicale d’urgence ». « Ce n’est pas la position initiale du gouvernement » mais, « c’est un bon compromis qui allie fermeté et humanité et je le dirai sur le banc du Sénat », a-t-il ajouté.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Comment le travail des immigrés contribue à limiter la pénurie de main-d’œuvre en France

Le Monde avec AFP

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button