Business

Gourou roumain, organisation internationale, violences sexuelles… ce que l’on sait de la secte de yoga tantrique démantelée

Un vaste coup de filet visant le “Mouvement pour l’Intégration Spirituelle vers l’Absolu” (Misa), une secte liée au “tantra yoga”, a été effectué ce mardi 28 novembre en France. Son gourou ainsi que quarante autres personnes ont été interpellés, et 26 femmes ont été libérées.

Soupçonnées d’être liées à une secte internationale accusée de nombreuses dérives sous couvert de pratique de yoga, 41 personnes ont été interpellées en France ce mardi 28 novembre révèle Libération.

\ud83d\udd34 INFO LIBÉ. Vaste coup de filet en France contre une secte internationale de yoga tantrique

41 personnes sont en garde à vue, dont le «chef spirituel» suspecté notamment de traite de personnes, séquestration en bande organisée et viol :

— Libération (@libe) November 28, 2023

Parmi les personnes arrêtées figure Gregorian Bivolaru, 71 ans, le gourou roumain et fondateur du “Mouvement pour l’Intégration Spirituelle vers l’Absolu” (Misa), aussi connu sous le nom de “Atman”. D’après Libération, cet homme déjà condamné pour viol sur mineur en Roumanie et recherché par Interpol pour traite de femmes aurait fait venir les adeptes pour des “initiations sexuelles” de yoga tantrique.

Vingt-six femmes libérées

D’autres “responsables importants” présumés de la secte en France ont été arrêtés en région parisienne et dans les Alpes-Maritimes au cours d’une opération qui a mobilisé quelque 175 policiers. 

Vingt-six femmes, dont plusieurs étaient sous emprise, ont été libérées .Ces “victimes, extraites de la secte, étaient logées dans des conditions d’exiguïté et d’hygiène déplorables”, a souligné une source judiciaire.

Un mouvement international

Ce mouvement international de yoga controversé, créé en 1990 en Roumanie, a de nombreuses écoles de yoga et autres succursales présentes dans une trentaine de pays, dont la majorité sont européens, et compte “plusieurs centaines d’adeptes”, indique une source proche de l’enquête.

En France, l’organisation opérait par le biais de l’association Yoga intégral, présente à Paris, Nice et Poitiers. Les personnes ayant séjourné dans ces “écoles” ont dénoncé avoir été contraints de payer leur “séjour” pour les femmes en s’adonnant à des vidéo-chats sexuels, et pour les hommes par du travail manuel.

Conditionner les victimes à accepter des relations sexuelles

Le mouvement Misa, devenu Atman lors de son expansion hors de Roumanie, enseignait le tantra yoga, dans le but de “conditionner les victimes à accepter des relations sexuelles via des techniques de manipulations mentales visant à supprimer toute notion de consentement”.

Cette secte incitait les femmes victimes “à accepter des relations sexuelles avec le dirigeant du groupe” et/ou à “s’adonner à des pratiques pornographiques tarifées en France et à l’étranger”.

Signalement et information judiciaire

Fin juillet 2022, la Miviludes (Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires) avait adressé un signalement au procureur de la République après avoir été informée par la Ligue des droits de l’Homme (LDH) de 12 signalements d’anciens membres du mouvement Misa, a précisé une source judiciaire.

Une information judiciaire avait été ouverte par le parquet de Paris en juillet 2023, pour abus de faiblesse, séquestration en bande organisée, viols et traite des êtres humains.



Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button