Business

Guerre Israël-Hamas : Emmanuel Macron appelle les Français à rester « unis pour porter un message de paix et de sécurité pour le Proche-Orient »

Lors de l’allocution télévisée d’Emmanuel Macron, enregistrée depuis l’Elysée, à Paris, le jeudi 12 octobre 2023.

Lors d’une allocution d’une dizaine de minutes, diffusée à la télévision française, jeudi 7 octobre, Emmanuel Macron s’est exprimé sur la position de la France quant à la guerre entre Israël et le Hamas, six jours après l’attaque contre l’Etat hébreu lancée depuis la bande de Gaza par le mouvement islamiste.

« Israël a connu samedi l’attaque terroriste la plus tragique de son histoire », a relevé le chef de l’Etat dans cette adresse aux Français, diffusée à 20 heures. « Des centaines de nourrissons, d’enfants, de femmes et d’hommes ont été pourchassées, enlevés, assassinés, pris en otage. Des massacres de kibboutz. Des villages entiers décimés », a-t-il énuméré.

Le chef de l’Etat a dit que treize Français étaient morts dans l’attaque lancée par le mouvement islamiste palestinien qui contrôle la bande de Gaza. Dix-sept autres sont toujours « portés disparus et sans doute, pour certains d’entre eux, retenus en otages », a-t-il ajouté.

Lire aussi notre direct : Guerre Israël-Hamas, en direct : les Gazaouis doivent « rester sur leur terre », selon Abdel Fattah Al-Sissi ; le premier vol rapatriant des Français en provenance d’Israël est arrivé à Paris

Dans une conférence de presse à Tel-Aviv, des familles françaises d’otages avaient, quelques heures plus tôt, témoigné de leur détresse. « La France met tout en œuvre aux côtés des autorités israéliennes et avec nos partenaires pour les faire revenir sains et saufs », leur a répondu le président. Un premier vol spécial d’Air France pour rapatrier d’Israël des Français, les plus « vulnérables », est arrivé à Paris depuis Tel-Aviv dans la soirée.

« Israël a le droit de se défendre »

« La seule réponse au terrorisme, la seule possible, est toujours une réponse forte et juste, forte parce que juste », a aussi estimé Emmanuel Macron dans son discours. « Israël a le droit de se défendre en éliminant les groupes terroristes, dont le Hamas, par des actions ciblées mais en préservant les populations civiles, car c’est là le devoir des démocraties », a-t-il insisté.

Face au terrorisme, « il ne peut jamais y avoir de “oui, mais” », a affirmé le chef de l’Etat. Il a estimé que « ceux qui confondent la cause palestinienne et la justification du terrorisme commettent une faute morale, politique et stratégique ».

Dans la dernière partie de son allocution, le président a considéré que « notre devoir, dans ce moment que nous vivons, est de rester unis comme nation et comme République. C’est ce bouclier de l’unité qui nous protégera de tous les débordements, de toutes les dérives et de toutes les haines ». Avant d’ajouter : « Souvenons-nous de toutes les graves crises que nous avons traversées ensemble. Souvenons-nous de la façon dont nous avons fait bloc chaque fois face au terrorisme.  » Le chef de l’Etat a aussi appelé les Français à rester « unis pour porter un message de paix et de sécurité pour le Proche-Orient ».

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Gérald Darmanin demande l’interdiction de toutes les « manifestations propalestiniennes », dans un télégramme adressé aux préfets

S’adressant aux juifs de France, le président de la République a évoqué « la peur de nos compatriotes de confession juive que cette résurgence de la violence antisémite [en Israël] soit le prétexte, ici [en France], de paroles, d’injures, d’actes qui les viseraient », puis poursuivi en disant aussi mesurer « l’inquiétude de nos compatriotes de confession musulmane, que les amalgames l’emportent sur la raison. »

Newsletter

« Politique »

Chaque semaine, « Le Monde » analyse pour vous les enjeux de l’actualité politique

S’inscrire

« Nous combattons et combattrons toujours pour que nul sur notre sol n’ait peur. Ni suspicion ni division ne doivent exister au sein de la nation. Gardons à l’esprit que l’antisémitisme a toujours été le prélude à d’autres formes de haine. Un jour envers les juifs, le lendemain envers les chrétiens et les musulmans », déclare M. Macron. « Notre premier devoir est d’assurer [la] sécurité (…) et de ne laisser prospérer aucune parole, aucun acte antisémite, aucune stigmatisation » de « nos compatriotes de confession juive », a déclaré le chef de l’Etat.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Elias Sanbar, intellectuel palestinien : « Toute attaque contre des civils est un crime de guerre »

Il a également rappelé que dès « samedi, [il] a demandé au gouvernement de renforcer [les] mesures de protection des écoles, des lieux de culte et de culture ; 582 d’entre eux ont vu leur sécurisation accrue ; 10 000 policiers et gendarmes sont mobilisés », tout en mentionnant la mobilisation de l’armée dans le cadre de l’opération Sentinelle. Il a également communiqué sur l’instruction reçue par les procureurs de la République de poursuivre avec « la plus grande sévérité les actes antisémites et les apologies du terrorisme ».

Le Monde avec AFP

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button