Business

Guerre Israël-Hamas : Mathilde Panot ne qualifie pas le Hamas d’organisation terroriste et s’attire des critiques

Mathilde Panot à l’Assemblée nationale, le 10 octobre 2023.

En réponse aux critiques de tous bords contre la réaction des « insoumis » après l’attaque du Hamas contre Israël, Mathilde Panot, la présidente des députés LFI, a tenté de répondre, mardi 10 octobre, sans convaincre.

Devant la presse, la cheffe des députés LFI, refusant tout mea culpa, a affirmé que son parti ne changerait pas « d’un iota » sa position et n’a pas souhaité directement qualifier le Hamas d’organisation « terroriste », à l’inverse des autres partis de gauche : « C’est la branche armée qui est aujourd’hui responsable de crimes de guerre », a-t-elle dit à la presse. « Nous condamnons l’ensemble des crimes de guerre, qui visent à la terreur, donc on peut appeler ça terroriste », a-t-elle également déclaré.

Position critiquée

Pas suffisant pour le député PS de l’Essonne, Jérôme Guedj, très critique de LFI depuis le week-end alors qu’il est d’habitude un des plus ardents défenseurs de l’union de la gauche. « En ne nommant pas le Hamas comme groupe terroriste, mais comme force armée qui commet des crimes de guerre, LFI légitime le Hamas et ses modes d’action », a également réagi Jérôme Guedj. « Inacceptable. Le Hamas est une organisation terroriste. Pas l’armée régulière de Palestine », a réagi sur le réseau X (ex-Twitter) le premier secrétaire du PS, Olivier Faure. « Nous condamnons sans réserve l’attaque terroriste du Hamas », a assuré Boris Vallaud, le chef des députés socialistes, ajoutant que l’alliance devait « indéniablement fonctionner différemment ».

Dans la foulée, les députés PS ont annoncé suspendre leur participation à la préparation d’un contre-budget de l’alliance de gauche Nupes, en marge du budget 2024, pour marquer leur désaccord avec LFI sur Israël et Gaza.

La députée communiste Elsa Faucillon a aussi condamné le Hamas : « Si votre question c’est : “Est-ce que le Hamas est une organisation terroriste ? Est-ce qu’elle a commis des actes terroristes ?” [La réponse est] “oui” ».

Lors de la séance de questions au gouvernement dans l’après-midi, les élus LR et une partie de ceux de la majorité présidentielle ont quitté l’hémicycle de l’Assemblée lors de la prise de parole de Mme Panot.

Déclaration tronquée selon LFI

Des députés LFI ont répliqué que la séquence dans laquelle Mme Panot était interrogée ne montrait qu’une partie de ses déclarations. « Nous condamnons l’ensemble des crimes de guerre, qui visent à la terreur, donc on peut appeler ça terroriste », avait-elle également répondu pendant cette conférence de presse.

Dans un échange tendu avec un journaliste qui lui a demandé si LFI était devenue l’« idiot utile du Hamas », reprenant une formule de Jérôme Guedj, et si l’antisémitisme était « devenu une valeur de gauche ou en tout cas de LFI », Mme Panot a dénoncé une question « insultante ». « La petite musique qui consiste à dire que nous serions antisémites est fausse, l’antisémitisme est un poison que nous combattons », a-t-elle répondu.

Alors que le groupe LFI est critiqué pour son communiqué initial samedi mettant en parallèle l’attaque du Hamas et la politique du gouvernement israélien, sa présidente a répondu : « Notre communiqué correspond à la position historique de la France et n’est en rien infamant. C’est un communiqué pour la paix ». « Il est évident que la situation évolue », a-t-elle toutefois souligné, citant notamment « l’annonce faite sur les otages qui est glaçante ». Le Hamas a menacé d’exécuter des otages israéliens en réaction aux frappes israéliennes qui se multiplient sur la bande de Gaza.

Lire aussi : Guerre Israël-Hamas : Jean-Luc Mélenchon est un « ennemi de la République », estime le président du CRIF

Le Monde avec AFP



Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button