Business

Incendie de Wintzenheim : l’enquête administrative “démontre” qu’il y a “un dysfonctionnement général”, déclare Aurore Bergé

Un drame en plein été : le 9 août dernier, onze personnes ont péri dans l’incendie d’un gîte à Wintzenheim, dans le Haut-Rhin. La ministre des Solidarités et des Familles était l’invitée du “8h30 franceinfo”, vendredi.

Le 9 août dernier, onze personnes ont péri dans l’incendie d’un gîte à Wintzenheim, dans le Haut-Rhin. Il s’agissait de dix personnes en situation de handicap mental léger venues en vacances adaptées dans le cadre d’un séjour organisé par une association de Nancy (Meurthe-et-Moselle), ainsi qu’un accompagnateur.

>> Incendie de Wintzenheim : pour la mairie, le gîte “n’avait pas d’existence légale”

Une enquête administrative de l’Inspection générale des affaires sociales (Igas) avait été ouverte à la suite de l’incendie à l’origine de la mort de 11 personnes à Wintzenheim (Haut-Rhin), le 9 août dernier. Invitée sur franceinfo, vendredi 22 septembre, Aurore Bergé assure que l’enquête administrative “démontre” qu’il y a “un dysfonctionnement général“.

“Ce que le rapport de l’Igas démontre, c’est que si on est très lucide et très honnête, il y a un dysfonctionnement général (…) Le drame de Wintzenheim a mis en lumière la manière avec laquelle ces vacances n’ont pas été suffisamment encadrées, normées et pensées“, a déclaré la ministre des Solidarités et des Familles sur franceinfo.

Doublement des effectifs chargés de vérifier et délivrer les agréments

Pour la ministre, des “mesures immédiates s’imposent”. Aurore Bergé va envoyer une “instruction” à “l’ensemble des entreprises et associations qui organisent des vacances adaptées pour leur indiquer qu’il est impensable qu’elles puissent les organiser dans des lieux qui ne respectent pas les normes minimales en termes de sécurité et d’incendie”. La ministre a pointé le manque de contrôle et “la chaîne de décision” qui a fait que l’entreprise dans laquelle dix personnes en situation de handicap sont décédées et un animateur “a eu un agrément provisoire alors que juste avant, pendant deux mois, elle avait continué à organiser des séjours alors qu’elle n’avait plus aucun agrément”. En cas de défaut d’agrément de sécurité, “il est impensable que ces séjours puissent s’organiser”, a rappelé la ministre.

“Il faut augmenter les effectifs”, a également souligné Aurore Bergé. “J’ai obtenu qu’on double les effectifs des personnes qui sont dédiées pour vérifier, délivrer les agréments. On va passer à 110 personnes, donc plus d’une par département.”, s’est-elle félicitée.

“Nous, ce qu’on veut, c’est avoir une société qui est inclusive et qui fait que les personnes en situation de handicap vivent, comme tous les citoyens français”

Il est impensable que les conditions de sécurité que nous avons, quand nous nous rendons dans un gîte ou dans un hôtel, ne soient pas respectées pour ces personnes”, a défendu la ministre des Solidarités et des Familles. Une enquête pour homicides et blessures involontaires aggravés par la violation d’une obligation de sécurité ou de prudence a été ouverte par le parquet de Paris.



Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button