Business

Interdiction de l’abaya à l’école: une association dépose un recours devant le Conseil d’État

Trois jours avant la rentrée scolaire, l’association Action Droits des Musulmans demande au juge des référés de “suspendre la décision du 27 août 2023” du ministre de l’Éducation interdisant le port de cette longue robe traditionnelle dans les écoles.

L’association Action Droits des Musulmans (ADM) a saisi vendredi le Conseil d’État en urgence pour qu’il suspende l’interdiction de l’abaya à l’école, qui risque de créer “un profilage ethnique”, selon le recours déposé par les avocats.

Trois jours avant la rentrée scolaire, l’association demande au juge des référés de “suspendre la décision du 27 août 2023” du ministre de l’Éducation interdisant le port de cette longue robe traditionnelle dans les écoles, collèges et lycées publics, selon le recours déposé par Me William Bourdon et Vincent Brengarth.

“Un risque de profilage ethnique à l’école”

Pour les plaignants, cette décision “porte atteinte aux droits de l’enfant, car elle vient viser principalement les enfants présumés musulmans, créant ainsi un risque de profilage ethnique à l’école”.

“Cette restriction de l’abaya risque encore de stigmatiser davantage les musulmans et de porter atteinte à leurs droits fondamentaux sur les plans social, culturel et éducatif”, ajoutent-ils.

Dans la pratique, ces mesures “amèneront le personnel scolaire à cibler injustement des jeunes filles en fonction de leurs origines ethniques arabes ou africaines”. Un tel ciblage “est contre-productif et pourrait aboutir à l’exclusion de jeunes filles du système éducatif”, selon le recours.

Autre argument développé: les élèves concernés se verront interdire une tenue “leur permettant d’exprimer leur attachement à une culture ou à une région” géographique. “Or, une telle attitude ne porte nullement atteinte à la laïcité”, ajoutent les plaignants.

Une “immixtion injustifiée dans l’exercice du culte musulman”

Le référé dénonce une interdiction “formulée de manière floue et large”. Avec pour conséquence que “l’absence d’indication permettant de définir les tenues” incriminées pourrait viser des élèves souhaitant simplement porter des “vêtements amples susceptibles d’être qualifié d’abayas ou de qamis”.

Les plaignants craignent donc que “cette interdiction encourage les personnels de l’Éducation nationale à exiger des élèves qu’ils divulguent leurs convictions religieuses” pour déterminer le caractère religieux ou non de leur tenue. Ce qui constituerait “une atteinte grave et manifestement illégale au droit au respect de la vie privée des élèves”.

“Cette immixtion injustifiée dans l’exercice du culte musulman est une atteinte grave et manifestement illégale à la liberté de culte”, ajoute le recours.

Le groupe La France insoumise a fait savoir mardi 29 août qu’il prévoyait de déposer un recours devant le Conseil d’État contre la décision prise par le ministre de l’Éducation nationale Gabriel Attal. “Il ne faut pas utiliser la laïcité pour stigmatiser une religion en particulier”, avait notamment déclaré Manuel Bompard.

Vendredi à Orange, Emmanuel Macron a assuré que “nous devons êtes intraitables” pour interdire à l’école l’abaya et le qamis, et promis que le gouvernement “ne laissera rien passer”.

Hugues Garnier avec AFP Journaliste BFMTV

Top Articles

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button