Business

Isère: une enquête pour “assassinat” ouverte après la découverte de deux corps calcinés

Un incendie avait ravagé dans la nuit de dimanche à lundi une grange et une maison attenante dans le village de Chateauvilain, entre Lyon et Grenoble, et deux corps “presque entièrement calcinés” avaient été retrouvés.

Une enquête pour “assassinat” a été ouverte après la découverte de deux corps portant des plaies par arme à feu dans la maison d’une famille du nord de l’Isère, dont un membre a disparu, a indiqué mercredi le parquet de Bourgoin-Jallieu.

Les deux corps ont été autopsiés et des analyses menées, sans que l’état des dépouilles permette de les identifier formellement.

Il a été en revanche établi que les deux corps sont “probablement ceux d’un homme et d’une femme présentant chacun des plaies par arme à feu au niveau du crâne et pour l’un au thorax”, a indiqué la procureure Nathalie Hermitte dans un communiqué.

Un véhicule “activement recherché”

La maison incendiée abritait en temps normal trois personnes, un couple et leur fils âgé d’une quinzaine d’années. Leur autre fils plus âgé avait quitté le domicile la veille pour se rendre sur son lieu d’études et est “sauf”, ainsi que ses deux demi-soeurs majeures qui n’habitent pas la région.

La procureure précise aussi qu’un véhicule du couple n’a pas été retrouvé et est “activement recherché”.

La section des recherches de Grenoble s’est vu confier la direction de l’enquête sous le contrôle du parquet de Bourgoin-Jallieu. Elle vise désormais “prioritairement à retrouver le membre de la famille encore disparu, préciser les conditions de survenue du décès” des personnes retrouvées et à déterminer l’origine de l’incendie, indique-t-elle.

Selon le maire de ce village comptant 800 habitants environ, Daniel Gaude, la famille était installée là depuis une quinzaine d’années, avait rénové une ancienne ferme et était “très bien intégrée”.

Le père, ingénieur, avait été conseiller municipal dans son équipe lors de son précédent mandat en charge de la cantine-garderie. “Pour moi, c’est incompréhensible (…) Je les connaissais bien, je ne peux en dire que du bien”, a-t-il dit.

Les plus lus

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button