Business

Le porte-parole d’Unsa-Police bientôt jugé pour violences sur son ex-conjointe et son fils

Jérôme Jimenez, porte-parole en Île-de-France du syndicat UNSA Police, sur le plateau de BFMTV le 29 septembre 2023.
Capture d’écran BFMTV Jérôme Jimenez, porte-parole en Île-de-France du syndicat UNSA Police, sur le plateau de BFMTV le 29 septembre 2023.

Capture d’écran BFMTV

Jérôme Jimenez, porte-parole en Île-de-France du syndicat UNSA Police, sur le plateau de BFMTV le 29 septembre 2023.

JUSTICE – Son visage est régulièrement apparu dans les médias, pour donner des précisions sur des faits divers ou défendre la police, en tant que responsable de la communication du syndicat Unsa Police en Île-de-France. Cette fois c’est lui qui est sur le banc des accusés. Jérôme Jimenez sera jugé par le tribunal correctionnel de Créteil le 10 janvier 2024 pour violences intra-familales, a indiqué ce jeudi 12 octobre le parquet et son avocate, confirmant une information du journal Le Parisien.

Il est soupçonné de violences conjugales entre mars 2017 et mai 2023 et de violences sur son fils, mineur de moins de 15 ans, « en présence d’un ou plusieurs mineurs », entre novembre 2022 et août 2023, a indiqué le parquet de Créteil.

Selon les informations du journal Le Parisien, des incapacités totales de travail de plus de huit jours ont été retenues pour les violences concernant la conjointe de Jérôme Jimenez. Le juge des libertés et de la détention (JLD) lui a interdit de se rendre au domicile de sa conjointe et d’entrer en contact avec elle.

Pas d’interdiction de détenir une arme

Le ministère public avait également requis à l’encontre de Jérôme Jimenez une interdiction de détenir ou de porter une arme, ainsi que la suspension des droits de visite et d’hébergement de ses enfants, mais n’a pas été suivi par le JLD. Le prévenu, âgé de 45 ans, a exercé pendant dix ans dans la police judiciaire, en étant notamment « spécialisé dans les agressions sexuelles et les viols dans les transports en commun », relève le Parisien.

Il a été placé en garde à vue ce mardi au commissariat de Nogent-sur-Marne (Val-de-Marne) puis déféré mercredi en vue de son placement sous contrôle judiciaire.

« Nous avons toute confiance dans la justice et nous sommes convaincus que la vérité émergera lors du procès », a réagi mercredi dans un communiqué l’avocate de Jérôme Jimenez, Me Sandrine Pégand. « Nous mettrons en œuvre tous les moyens nécessaires pour prouver l’innocence de notre client et démontrer que les allégations qui pèsent sur lui sont totalement incohérentes et infondées », a-t-elle ajouté.

L’Unsa a pour sa part indiqué, dans un communiqué transmis à l’AFP, que Jérôme Jimenez avait décidé « de se mettre en retrait de [sa] mission afin de se consacrer totalement à sa défense », précisant qu’il n’avait par ailleurs pas été suspendu de ses fonctions de policier.

À voir également sur Le HuffPost :

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button