Business

L’ancien maire de Lyon, Gérard Collomb, est mort à l’âge de 76 ans

L’ancien édile lyonnais et ministre de l’Intérieur est mort ce samedi 25 novembre à l’âge de 76 ans. Il avait annoncé en septembre 2022 être atteint d’un cancer de l’estomac.

Il aura marqué Lyon de son empreinte. Gérard Collomb, ancien maire de la capitale des Gaules, est mort ce samedi 25 novembre à l’âge de 76 ans des suites d’un cancer de l’estomac, ont appris BFMTV et BFM Lyon auprès de son entourage confirmant une information de Lyon Mag.

L’homme politique lyonnais, qui possédait encore un mandat de conseiller métropolitain, avait annoncé en septembre 2022 souffrir de cette maladie.

“Il a souhaité lorsqu’il est devenu évident que sa maladie ne pourrait être améliorée par un quelconque traitement anticancéreux, bénéficier d’une sédation profonde qui lui a permis de s’éteindre paisiblement auprès des siens” vers 21 heures samedi, a annoncé son épouse, Caroline Collomb, à l’AFP.

Figure politique incontournable

Avant d’être le premier ministre de l’Intérieur d’Emmanuel Macron en 2017, Gérard Collomb aura été, pendant des décennies, une figure incontournable du paysage politique lyonnais.

Fils d’un ouvrier métallurgiste sydiqué à la CGT et d’une femme de ménage, Gérard Collomb est né Châlon-sur-Saône (Saône-et-Loire). À Lyon, où il fait ses études, il devient d’abord conseiller municipal en 1977, à l’âge de 30 ans. Sous les couleurs du Parti socialiste, il est élu député du Rhône en 1981. Il rejoindra ensuite en 1999 le Sénat.

Entre-temps, Gérard Collomb prend des galons à Lyon et devient maire du 9e arrondissement en 1995. Cette année, il est également tête de liste socialiste pour la mairie centrale, mais est finalement battu par le candidat de la droite et ancien ministre Raymond Barre.

Six ans plus tard, Gérard Collomb parvient finalement à son objectif et devient le nouveau maire de Lyon. Une fonction qu’il ne quittera plus pendant plus de 15 ans, étant réélu à cette position en 2008 et en 2014. En 2015, il devient aussi le premier président de la métropole de Lyon à la suite d’une vaste réforme territoriale.

De vastes chantiers menés

Au cours de ce début du 21e siècle, Gérard Collomb entreprend plusieurs chantiers au sein de l’agglomération lyonnaise. Comme le rappelle Lyon Capitale, c’est lors de son premier mandat que le service de vélos en libre-service Vélo’v est mis en place pour la première fois à Lyon en 2005.

Dans le domaine de la sécurité, Gérard Collomb s’attache aussi à renforcer la vidéoprotection dans la ville et triple le nombre de caméras de surveillance dans la ville lors de sa première mandature.

C’est aussi sous la houlette du maire socialiste qu’est achevé l’aménagement des berges du Rhône en 2007. Gérard Collomb construit aussi son héritage avec le projet du quartier Confluence lors de son deuxième mandat en tant que maire.

“Le quartier de la Confluence était un ancien quartier industriel en friche, situé à l’extrême sud de la ville, plus connu pour son marché de gros, son port industriel Rambaud ou encore l’ancienne prison Saint-Paul. Mais depuis les années 2000, ce quartier connaît une incroyable réhabilitation pour devenir aujourd’hui le plus récent et le plus futuriste de la ville”, détaille le site de l’office de tourisme de Lyon.

Un héritage important

Sur le plan culturel, c’est aussi à Gérard Collomb que l’on doit la création du festival Lumière qui a fêté cette année sa 15e édition. Aujourd’hui doté d’une réputation internationale, ce rendez-vous s’est imposé “comme un rendez-vous important qui honore la vitalité du cinéma mondial”, rappelle le site du festival.

Gérard Collomb aura aussi initié le renouveau du quartier de la Part-Dieu avec la transformation de la skyline pour en faire le deuxième quartier d’affaires de France. Le réaménagement du centre commercial et de la gare sont aussi lancés au cours de son mandat.

Amaury Tremblay, Gauthier Hartmann et Arthur Blet

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button