Business

L’eurodéputée écologiste de la Drôme, Michèle Rivasi, est décédée – France Bleu

Michèle Rivasi est morte, ce mercredi 29 novembre, des suites d’une crise cardiaque, à Bruxelles, avant de se rendre au parlement européen. Elle était âgée de 70 ans. Elle était membre d’Europe Ecologie les Verts et a exercé plusieurs mandats dans la Drôme. Députée européenne EELV depuis quatorze ans, elle avait aussi été députée socialiste de la Drôme de 1997 à 2002, conseillère générale entre 2008 et 2009 et adjointe au maire socialiste de Valence, Alain Maurice.

Logo France Bleu

Création de la CRIIRAD en 1986

Michèle Rivasi est à l’origine de la création de la CRIIRAD, la Commission de recherche et d’information indépendantes sur la radioactivité, au lendemain de la catastrophe nucléaire de Tchernobyl, le 26 avril 1986. Professeure agrégée de sciences naturelles, elle habite alors Félines-sur-Rimandoule, dans la Drôme. Elle a des doutes sur la théorie du nuage radioactif qui s’arrête à la frontière, fait des prélèvements dans la nature pour analyser des résidus de radioactivité et fonde la CRIIRAD pour contrer le monopole de l’État sur ces études.

Ses autres prises de position

À l’époque où elle était députée, Michèle Rivasi a aussi lutté contre le scandale de la peinture au plomb dans les écoles. Eurodéputée, elle se battait contre les autorisations données au glyphosate. Sur les questions de santé, elle avait pris des positions controversées sur les vaccins, elle dénonçait régulièrement le lobby pharmaceutique et elle était très active depuis la crise du Covid-19 pour plus de transparence sur les vaccins au niveau européen. Dernièrement, Michèle Rivasi était venue soutenir les opposants à l’extension du complexe religieux de Saint-Pierre-de-Colombier, en Ardèche.

Son mari, Gérard Triaire, maire de Félines-sur-Rimandoule dans le Sud Drôme, est décédé en novembre 2017.

Les premières réactions politiques à l’annonce de sa mort

La collègue de Michèle Rivasi au Parlement européen, et future tête de liste EELV pour 2024, Marie Toussaint souligne que “sa foi inébranlable dans l’action militante, son écoute des citoyens, son indépendance acérée, sa lutte permanente contre tous les lobbies en ont fait une grande dame de l’écologie”. Marine Tondelier, la sécrétaire nationale d’EELV, dit son “infinie tristesse. Elle était de ces infatiguables militantes, conviviale, authentique, accessible.”

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button