Business

L’Union européenne trouve un accord pour encadrer le développement de l’intelligence artificielle

Après trois jours de négociations intenses entre les Etats membres de l’Union européenne (UE) et le Parlement européen, un « accord politique » a été trouvé, vendredi 8 décembre, sur une législation inédite au niveau mondial pour réguler l’intelligence artificielle (IA) et éviter de possibles dérives.

« Historique ! L’UE devient le premier continent à fixer des règles claires pour l’utilisation de l’IA », s’est félicité le commissaire européen Thierry Breton, à l’origine du projet présenté en avril 2021. Depuis cette date, les discussions ont traîné en longueur. Le dernier round de négociation, démarré mercredi après-midi, aura lui-même duré près de 35 heures.

Le processus avait été percuté en fin d’année dernière par l’apparition de ChatGPT, le générateur de textes de la société californienne OpenAI, capable de rédiger des dissertations, des poèmes ou des traductions en quelques secondes. Ce système, comme ceux capables de créer des sons ou des images, a révélé au grand public le potentiel immense de l’IA. Mais aussi certains risques. La diffusion sur les réseaux sociaux de fausses photographies, plus vraies que nature, a par exemple alerté sur le danger de manipulation de l’opinion.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Le nombre de « deepfakes » pornographiques explose du fait des progrès de l’intelligence artificielle

Ce phénomène des IA génératives a été intégré dans les négociations en cours, à la demande des eurodéputés, qui insistent sur un encadrement spécifique pour ce type de technologies à fort impact. Ils ont réclamé notamment plus de transparence sur les algorithmes et les bases de données géantes au cœur de ces systèmes. Les Etats membres craignaient qu’une régulation excessive tue dans l’œuf leurs champions naissants, comme Aleph Alpha en Allemagne et Mistal AI en France, en rendant prohibitifs les coûts de développement.

Critiques du secteur de la tech

L’accord politique trouvé vendredi soir doit être complété par un travail technique pour finaliser le texte. « Nous allons analyser attentivement le compromis trouvé aujourd’hui et nous assurer dans les prochaines semaines que le texte préserve la capacité de l’Europe à développer ses propres technologies d’intelligence artificielle et préserve son autonomie stratégique », a réagi le ministre du numérique français, Jean-Noël Barrot.

Le secteur de la tech se montre critique. « La rapidité semble avoir prévalu sur la qualité, avec des conséquences potentiellement désastreuses pour l’économie européenne », a estimé Daniel Friedlaender, responsable Europe du CCIA, un de ses principaux lobbies. Selon lui, « un travail technique » est désormais « nécessaire » sur des détails cruciaux.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Intelligence artificielle : négociations tendues autour du projet de règlement européen AI Act

Sur les IA génératives, le compromis prévoit une approche à deux vitesses. Des règles s’imposeront à tous pour s’assurer de la qualité des données utilisées dans la mise au point des algorithmes et pour vérifier qu’ils ne violent pas la législation sur les droits d’auteur. Les développeurs devront par ailleurs s’assurer que les sons, images et textes produits seront bien identifiés comme artificiels.

Des contraintes renforcées s’appliqueront aux seuls systèmes les plus puissants. Le texte reprend les principes des réglementations européennes existantes en matière de sécurité des produits, qui imposent des contrôles reposant d’abord sur les entreprises. Le cœur du projet consiste en une liste de règles imposées aux seuls systèmes jugés à « haut risque », essentiellement ceux utilisés dans des domaines sensibles comme les infrastructures critiques, l’éducation, les ressources humaines, le maintien de l’ordre…

Ces systèmes seront soumis à une série d’obligations, comme celles de prévoir un contrôle humain sur la machine, l’établissement d’une documentation technique ou encore la mise en place d’un système de gestion du risque.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Avec Aleph Alpha, l’Allemagne croit en ses chances dans la course à l’intelligence artificielle

Interdictions rares

La législation prévoit un encadrement particulier des systèmes d’IA qui interagissent avec les humains. Elle les obligera à informer l’utilisateur qu’il est en relation avec une machine.

Les interdictions seront rares. Elles concerneront les applications contraires aux valeurs européennes, comme les systèmes de notation citoyenne ou de surveillance de masse utilisés en Chine, ou encore l’identification biométrique à distance des personnes dans les lieux publics pour éviter une surveillance de masse des populations. Sur ce dernier point, les Etats ont toutefois obtenu des exemptions pour certaines missions des forces de l’ordre, comme la lutte contre le terrorisme.

Le Monde

Offre spéciale étudiants et enseignants

Accédez à tous nos contenus en illimité à partir de 8,99 euros par mois au lieu de 10,99 euros

S’abonner

Contrairement aux codes de conduite volontaires de certains pays, la législation européenne sera dotée de moyens de surveillance et de sanctions, avec la création d’un office européen de l’IA, au sein de la Commission européenne. Il pourra infliger des amendes jusqu’à 7 % du chiffre d’affaires, avec un plancher de 35 millions d’euros, pour les infractions les plus graves.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés « Pourquoi financer la science si des intelligences artificielles entraînées sur les efforts scientifiques passés fonctionnent si bien ? »

Le Monde avec AFP



Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button