Business

«La majorité des victimes de viols du 7 octobre ont été assassinées et ne pourront jamais témoigner» – Le Temps

«Cette enquête […] est la plus importante de notre histoire», déclarait il y a deux semaines le commissaire en chef d’Israël Yaakov Shabtai. Le 14 novembre 2023, plus d’un mois après l’attaque du 7 octobre, la police israélienne annonçait ouvrir une enquête «complexe et délicate» sur des violences sexuelles, dont des viols et mutilations, soupçonnées d’avoir été commises sur des femmes par des combattants du Hamas. A ce stade, la police dit ne pas pouvoir établir que le Hamas avait donné des instructions pour violer des femmes.

L’enquête, qui prendra plusieurs mois, se base sur des témoignages de survivantes, de personnes présentes, des analyses de vidéos ou des examens médico-légaux réalisés post-mortem. «Car la plupart des victimes ont été assassinées immédiatement après avoir été violées le 7 octobre, Il n’y a donc pas de survivantes pour témoigner», explique la juriste israélienne Ruth Halperin-Kaddari, défenseuse du droit des femmes et ancienne vice-présidente de la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes de l’ONU (Cedaw).

Cet article vous intéresse?

Ne manquez aucun de nos contenus publiés quotidiennement – abonnez-vous dès maintenant pour accéder à tous nos articles, dossiers, et analyses

Jusqu’au 25 Décembre, profitez de 30% de rabais sur tous nos abonnements

CONSULTER LES OFFRES

Les bonnes raisons de s’abonner au Temps:


  • Consultez tous les contenus en illimité sur le site et l’application mobile

  • Accédez à l’édition papier en version numérique avant 7 heures du matin

  • Bénéficiez de privilèges exclusifs réservés aux abonnés

  • Accédez aux archives

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button