Business

Laïcité : Gabriel Attal veut interdire le port des abayas à l’école

Le ministre de l’éducation Gabriel Attal quitte le conseil régional à Saint-Denis de La Réunion, le 16 août 2023, lors de sa visite de deux jours sur l’île pour la rentrée scolaire.

Gabriel Attal a tranché. Il a « décidé qu’on ne pourrait plus porter l’abaya à l’école », a-t-il annoncé lors du journal télévisé de TF1, dimanche soir 27 août. Une « règle nécessaire et juste » pour le nouveau ministre de l’éducation nationale. « Lorsque vous rentrez dans une salle de classe, vous ne devez pas être capable d’identifier la religion des élèves en les regardant », met-il en avant. Gabriel Attal avait déjà affiché une consigne de fermeté auprès des recteurs qu’il a réunis le jeudi 24 août : « Là où la République est testée, nous devons faire bloc », leur a-t-il affirmé.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Les atteintes à la laïcité sont en hausse dans les établissements scolaires

Depuis près d’un an, principaux et proviseurs confrontés à des élèves en abayas (robes longues de tradition moyen-orientale, portées au-dessus d’autres vêtements) ou en qamis (tuniques longues pour les hommes), demandent « des consignes claires » pour savoir si oui ou non ces vêtements manifestent ostensiblement une appartenance religieuse, contraire à la loi de 2004. Dans une note confidentielle, le Conseil des sages de la laïcité et des valeurs de la République prônait dès juin 2022 la fermeté, « soucieux de ne pas laisser à nouveau les personnels de direction livrés à eux-mêmes », précise Alain Seksig, secrétaire général de l’instance.

Mais Pap Ndiaye, l’ancien locataire de la rue de Grenelle, ne souhaitait pas trancher. Il avait publié en novembre 2022 une circulaire pour « accompagner les chefs d’établissement » et expliquer la conduite à tenir pour se déterminer. La question fait débat au sein même de la communauté musulmane, il est vrai. Le Conseil français du culte musulman (CFCM) a affirmé en juin que l’abaya « n’est pas un signe religieux musulman » et d’ailleurs que « dans la tradition musulmane (…), un vêtement quel qu’il soit n’est pas un signe religieux en soi ».

« Nous ne voulons pas être les arbitres d’une incertitude »

La marge d’interprétation laissée aux chefs d’établissement a pu conduire certains à interdire ces vêtements et d’autres à l’autoriser. « Nous ne voulons pas être les arbitres d’une incertitude. Cela peut potentiellement nous mettre en danger, nous qui sommes à la grille de nos établissements chaque matin », soulignait régulièrement Didier Georges, proviseur et secrétaire national du SNPDEN-UNSA, investi sur les questions de laïcité.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Les abayas et les qamis sont-ils des « signes religieux ostensibles » à l’école ? Les chefs d’établissement veulent des « consignes claires »

Or, depuis un an, les signalements d’atteinte à la laïcité ne font que croître. Ils sont en augmentation de 120 % entre l’année scolaire 2022-2023 et la précédente (4 710 contre 2 167), selon une note des services de l’Etat dont Le Monde a eu copie. Pour la période entre avril et juin, le nombre de contestations s’élève à 1 892. Un chiffre jamais atteint depuis la mise en place de ce comptage en 2018, à mettre en regard avec les 12 millions d’élèves que comptait la France l’an dernier.

Il vous reste 55.01% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button