Business

Lina : trois semaines tout juste après la disparition de la jeune fille, silence sur l’enquête

Lina, 15 ans, a disparu le samedi 23 septembre à Saint-Blaise-la-Roche. Depuis trois semaines, les recherches n’ont rien donné. 

Il y a trois semaines, Lina, dont le visage est désormais connu de la France entière, disparaissait dans le trajet qui la menait de son domicile, sur la commune de Champenay, à la gare de Saint-Blaise-la-Roche, dans le Bas-Rhin, à trois kilomètres de là. La jeune fille jusque-là sans histoire, inscrite dans un CAP d’aide à la personne, s’apprêtait à prendre un train pour rejoindre son petit ami Tao à Strasbourg, elle n’est jamais arrivée à la gare.

Lina était partie de chez elle vers 11 h 15, l’heure à laquelle Tao indique avoir reçu d’elle un message vidéo. Son téléphone portable a cessé d’émettre à 11 h 22.

Le parquet de Strasbourg a ouvert une information judiciaire “contre X” pour “enlèvement et séquestration non suivi d’une libération volontaire de plus de sept jours”.

Lieux fouillés, déclarations… vers quelles pistes s’est déjà orientée l’enquête, avec “des investigations de longue haleine”, selon les mots de Yolande Renzi, la procureure de la République de Strasbourg ? Ce 14 octobre, le parquet a indiqué à BFM Alsace qu’il “n’y a pas de communication prévue” sur l’enquête. Dix jours plus tôt, la mère de Lina a indiqué qu’elle ne souhaitait plus s’exprimer dans la presse. 

Aucune piste sérieuse n’est aujourd’hui publiquement avancée par les gendarmes enquêteurs de la section de recherche de Starsbourg et du groupement de gendarmerie du Bas-Rhin. Et “aucune piste n’est écartée”, selon Aline Clérot, procureure de la République de Saverne.

Maison fouillée, étang sondé

Une maison de Diesbach, à quelques kilomètres des lieux de la disparition, a fait l’objet d’investigations poussées, sur la base de renseignements recueillis par les enquêteurs : c’est là qu’ont été retrouvés des ossements en contrebas d’une route départementale. Ils se sont avérés être “de nature animale”.

L’étang de pêche de Saint-Blaise-la-Roche a été sondé.

Depuis trois semaines, de nombreuses battues citoyennes ont également été organisées sans succès.

Le téléphone du petit ami

Le téléphone égaré de Tao, 19 ans, le petit ami de Lina, a été retrouvé le 6 octobre.

Le jeune homme avait indiqué l’avoir perdu le lendemain de la disparition de l’adolescente, sur une friche industrielle, à Saint-Blaise-La-Roche, alors qu’il participait aux recherches.

À ce jour, aucune information n’a filtré sur son contenu.

Des témoins et d’étranges déclarations

Deux témoins indiquent avoir vu la jeune fille sur le chemin de la gare, entre 11 h 15 et 11 h 30. L’un d’eux est Jean-Marc Chiron, ancien maire de la commune de La Plaine.

Le 1er octobre, l’émission “66 minutes”, sur M6, a donné la parole à un homme qui affirme avoir vu Lina dans une voiture de couleur bleue conduite par un homme, le 23 septembre. Elle lui aurait fait “un salut en passant”, “elle avait l’air normale”. 

La mère de Tao a affirmé de son côté que Lina “était blessée au niveau des jambes et se trouvait dans une maison ou une usine désaffectée dans un rayon de 20 km”.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button