Business

Lyon: Frédéric Le Guen-Geffroy sacré champion du monde de pâté-croûte, la deuxième place pour un Lyonnais

Frédéric Le Guen-Geffroy est le grand vainqueur de la 14e édition du championnat du monde de pâté-croute. Il succède à Ryutaro Shiomi, chef originaire de Kobe, qui avait été distingué par le jury l’an dernier.

La France reprend sa place. Ce lundi 4 décembre, le gratin du pâté-croûte était réuni à la Sucrière à Lyon pour la 14e édition du championnat du monde de la discipline.

Et cette année, le jury, dirigé par Karen Torosyan, ancienne championne du monde, a choisi de décerner la médaille d’or à Frédéric Le Guen-Geffroy, chef du Club TP90 à Paris. Le titre revient donc à un Français, après trois années d’hégémonie nippone.

Comme l’année dernière, Jérémie Crauser, charcutier traiteur lyonnais installé dans le quartier d’Ainay, termine à la deuxième place. La dernière marche du podium est occupée par Emeline Aubry de “In Pâté Croûte we Crust” à Cgarencey.

Le retour de la France au plus haut niveau

14 personnes s’affrontaient lors de ce championnat du monde organisé à Lyon. La maîtrise parfaite du célèbre met de la gastronomie française, concocté pour la première fois dans la région champenoise, revient donc cette année à un chef français.

Il succède à Ryutaro Shiomi, chef originaire de Kobe, qui avait été distingué par le jury. Pour remporter le graal, le chef du restaurant Kobe Kinato avait proposé au jury, présidé par Pierre Hermé, une création composée de foie gras, de canard, de marcassin, de poulet ainsi que du chevreuil.

Comme l’an dernier, Jérémie Crauser arrive une nouvelle fois deuxième. Lors de la 13e édition, le charcutier lyonnais avait proposé aux jurys un pâté-croûte garni de canard, de vollaile de Bresse, de morilles, de foie gras mariné dans une crème de cassis au vin jaune. Il avait expliqué auprès de BFM Lyon être “fier” de son résultat.

Un autre Lyonnais, Antonin Roux, chef du restaurant La Mère Brazier, s’est illustré. Il s’est vu distinguer le prix Richelieu.

La France met fin à trois ans de règne japonais

Cette victoire du chef parisien remet la France au centre de la discipline. Car s’il a été créé dans l’hexagone, le pâté-croûte et son art sont maîtrisés par d’autres chefs. C’est le cas des Japonais, qui ont remporté cinq éditions, dont les trois dernières.

En 2014, Hideyuki Kawamura avait été couronné, suivi de Chikara Yoshitomi en 2017, Osamu Tsukamoto en 2019, Kohei Fukuda en 2021 et Ryutaro Shiomi en 2022.

Selon les jurys présents lors de l’édition 2022, les Japonais faisaient la différence par leur “perfectionnisme”.

“L’engouement vient tout simplement du fait que les Japonais sont des perfectionnistes, ils aiment la qualité du travail et sont des amoureux de la cuisine française et du produit”, avait expliqué auprès de l’AFP, Christophe Paucod, chef étoilé basé à Tokyo et juré de l’édition 2022.

Dans la journée s’est également déroulé le concours du Championnat de France des écoles hôtellières et des CFA. Une fois de plus, la région lyonnaise s’est illustrée, puisque le gagnant est un Lyonnais: il s’agit de Théo Masson, du campus de Groisy, et surtout apprenti chez Jérémie Crauser.

Martin Regley Journaliste

Les plus lus

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button