Business

Meurtre de Karine Esquivillon : relation avec une ado, réfugiés ukrainiens, Tinder… de nouvelles pistes dans l’affaire

Michel Pialle, mis en examen pour meurtre sur conjoint, avait avoué avoir tué Karine Esquivillon par accident. Le corps de la mère de famille avait été retrouvé en Vendée le 16 juin 2023. Une nouvelle piste impliquant une famille de réfugiés ukrainiens vient remettre en cause la version du mari.

Un retournement de situation qui fait peser des doutes sur la version de Michel Pialle, révèlent nos confrères du Parisien. Alors que le mari de Karine Esquivillon clame depuis quatre mois avoir tué sa femme par accident en photographiant son fusil, les enquêteurs ont relevé des éléments troublants relevant de divers délits présumés.

L’argent de la Caf inaccessible 

Karine Esquivillon et Michel Pialle avaient rendu possible l’exil d’une famille ukrainienne de la région de Kherson quelques mois après le début de la guerre en février 2022. Une fois installés à Mâché en Vendée, non loin du domicile de leurs bienfaiteurs, les quatre réfugiés avaient obtenu des aides de la Caf (Caisse d’allocation familiale) sur un compte auquel seul Michel semblait avoir accès. 

A lire aussi :
Mort de Karine Esquivillon : “mythomane”, psychiatrie, escroqueries… que sait-on du profil de Michel Pialle, le mari ?

La synthèse des enquêteurs consultée par nos confrères indique que “chaque mois, dès que le virement arrivait sur le compte de Michel Pialle, un virement était réalisé le même jour, du même montant, vers un IBAN au Luxembourg”. Le père de famille ukrainien a raconté aux enquêteurs que depuis qu’il touchait une aide au logement, il ne parvenait pas à accéder au compte. 

Une amie proche de Karine déplore le fait que la mère de famille vivait très mal cette situation : “Elle s’était beaucoup investie pour ces réfugiés et aurait tout à fait pu menacer Michel de le dénoncer“. 

Une relation intime avec une ado ?

Un proche de Karine Esquivillon a par ailleurs rapporté qu’elle avait des doutes quant aux relations qu’entretenait Michel Pialle avec l’une des deux filles des réfugiés ukrainiens, alors âgée de 16 ans : “Quand elle me parlait de ça pour moi il s’agissait de relation de l’ordre de l’intime entre eux”. 

A lire aussi :
VIDÉO. Karine Esquivillon : “C’est un enfer de ne pas savoir”, ce que disait Michel Pialle pour clamer son innocence

Ce proche a souligné le fait, qu’à l’aune de ces doutes, Michel dégoûtait son épouse : “Elle pensait qu’il pouvait y avoir quelque chose entre eux”. L’adolescente était régulièrement emmenée en cours par Michel Pialle. Le beau-père de la jeune fille assure n’être pas au courant du moindre abus.

Infidélité ?

Michel Pialle était inscrit sur l’application de rencontres Tinder depuis le mois de janvier, y indiquant rechercher des relations à court terme mais être néanmoins “ouvert pour du long”.

A lire aussi :
Mort de Karine Esquivillon : “Il était dans le déni”, l’avocat de Michel Pialle s’exprime sur sa personnalité

“On s’était dit qu’avant de coucher avec quelqu’un d’autre on se séparerait” avait expliqué Michel Pialle, une confession qui laisse penser que la présence de son mari sur Tinder aurait pu agacer Karine Esquivillon. 

La piste de la préméditation

Le téléphone de Michel Pialle a ouvert une autre piste qui laisse penser que le meurtre de Karine Esquivilon aurait pu être un assassinat déguisé. Quinze jours avant, il avait rédigé un message similaire à celui qu’il a envoyé à sa femme peu après son décès. 

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button