Business

Mort de Thomas à Crépol : l’extrême droite et CNews en flagrant déni de réalité

Le billet de Jonathan Bouchet-Petersen

Article réservé aux abonnés

Les circonstances précises du drame ne sont pas encore complètement établies, mais les investigations des gendarmes fragilisent largement le récit orienté relayé avec gourmandise par l’extrême droite et ceux qui parlent comme elle. Pascal Praud a du mal à le digérer.

Pour ne rater aucun billet de Jonathan Bouchet-Petersen, inscrivez-vous aux newsletters de nos chroniqueurs politiques.

Il est rare, à propos d’un fait divers, que l’extrême droite en général et CNews en particulier balayent aussi vivement une enquête de gendarmes dont habituellement ils saluent volontiers le travail. Il faut dire que dans le drame de Crépol, où le jeune Thomas a perdu la vie, certains (ir) responsables politiques et nombre de commentateurs fort peu scrupuleux étaient allés vite en besogne. Plus vite que la musique, pour faire rentrer cet épisode tragique dans leur grille de lecture : celle d’une expédition punitive aux relents de guerre ethnique entre des jeunes de cités «ensauvagés» et de jeunes rugbymen «bien de chez nous». Deux France face à face et irréconciliables, ont conclu les plus idéologues.

Face aux révélations du Parisien, qui a eu accès aux premières investigations des gendarmes, Pascal Praud, le bateleur de CNews et d’Europe 1, a fustigé mardi de bon matin sur la chaîne de télé du groupe Bolloré le fait que «la réécriture du meurtre de Thomas à Crépol est en marche». Et il a ciblé l’œuvre maléfique du «système», </

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button