Business

Mort de Thomas : finalement autorisée, une manifestation de l’ultra-droite a réuni des centaines de personnes à Paris

Pas de débordements redoutés. Le rassemblement à l’appel d’un groupuscule de l’ultradroite en hommage au jeune Thomas tué lors d’une fête de village dans la Drôme a réuni vendredi soir environ 200 personnes place du Panthéon à Paris, où il a pu se tenir après la suspension de l’arrêté préfectoral d’interdiction. Un chiffre revendiqué par l’association Les Natifs, à l’origine du rassemblement et l’un des héritiers de Génération identitaire dissout en mars 2021.

Selon notre journaliste présent sur place, outre des prises de parole, les manifestants ont scandé des slogans tels que « justice pour Thomas », ce jeune de 16 ans mortellement agressé à Romans-sur-Isère, mais aussi « Justice pour Lola » ou « Police complice, journaliste collabos ». Placé sous haute surveillance, le cortège, qui a sifflé le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, a par ailleurs lui aussi était hué par des passants qui lançaient des « fachos » à son encontre.

Le préfet de police de Paris Laurent Nuñez avait annoncé mercredi soir sa décision d’interdire ce rassemblement, susceptible de générer des troubles à l’ordre public en raison « des propos tenus qui sont des propos d’incitation à la haine et à la violence ». Mais le tribunal administratif a suspendu l’arrêté préfectoral vendredi soir, quelques minutes avant sa tenue, au motif qu’il s’agissait d’une « atteinte grave à la liberté de manifester ».

« Dissuader les agresseurs de recommencer »

« Les juges des référés considèrent que n’apparaît pas suffisant le risque que la tenue de la manifestation déclarée porte atteinte au respect de la dignité de la personne humaine et que soient commises des infractions pénales pour justifier l’interdiction prononcée par le préfet de police », a expliqué le tribunal dans un communiqué.

Soulignant que ce rassemblement avait pour « objet de rendre hommage à Thomas », les juges des référés ont conclu que « l’interdiction prononcée port (ait), compte tenu de son caractère disproportionné, une atteinte grave et manifestement illégale à la liberté de manifestation ».

Interrogé par l’AFP, le porte-parole des Natifs, Antoine, qui n’a pas souhaité donner son nom de famille, a assuré que le but de la manifestation était « de rassembler les personnes qui ont été choquées » par la mort de Thomas « et dénoncer le laxisme juridique » qui ne permet pas de « dissuader les agresseurs de recommencer ».

VIDEO. Mort de Thomas : 20 interpellations après des violences provoquées par l’ultradroite à Romans-sur-Isère

Selon lui, les dizaines de militants de la mouvance identitaire, cagoulés, qui s’étaient retrouvés samedi soir à Romans-sur-Isère « pour en découdre » avec les jeunes du quartier de la Monnaie, dont seraient issues certaines des personnes impliquées dans la mort de Thomas, « c’est l’expression d’une colère, mais ce n’est pas la bonne ».

Ce rassemblement parisien a été dispersé dans le calme peu après 20 heures.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button