Business

EN DIRECT – Enseignant tué à Arras : 500 établissements ouverts samedi avec une protection particulière

“Je me suis barricadé derrière une porte vitrée, (l’agresseur) n’a pas pu aller plus loin parce qu’il n’avait pas d’autre chose que ses couteaux, il ne m’a pas poursuivi au-delà de ça”, a témoigné ce vendredi sur LCI Martin Dousseau, un professeur de philosophie, précisant avoir été “témoin d’une partie de l’agression” au couteau d’Arras. “Plusieurs collègues me disent que c’est un ancien élève”, a-t-il indiqué, évoquant un jeune homme de “20-21 ans” et précisant ne “pas l’avoir eu” personnellement dans sa classe.

“Il est retourné vers le chef cuisinier et il a continué à le menacer avec ses couteaux”, a-t-il ajouté, précisant que “la personne saignait à ce moment-là”.  Et de poursuivre : “c’est seulement quand je suis sorti que j’ai pu voir que l’agression était beaucoup plus grave que ce que je pensais puisqu’un de nos collègues a été poignardé à la carotide et est mort devant l’établissement.”

“On est dans une situation qui nous dépasse, c’est à dire que ce n’est pas du tout en rapport avec des problèmes pédagogiques ou scolaires et qu’on rentre plutôt dans des problèmes de type politique, qui sont en train de s’envenimer”, a-t-il expliqué. “Je me suis dit c’est quelqu’un qui s’en prend à des personnes qui lui semblent porteuses de messages allant en contradiction avec ses revendications à lui”, a-t-il conclu, évoquant l’assassinat de Samuel Paty, survenu il y a quasiment trois ans jour pour jour.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button