Business

Pau : un mineur mis en examen après la mort d’un octogénaire roué de coups

Le jeune homme a été mis en examen pour «vol avec violences ayant entraîné la mort» et placé en détention provisoire , à la suite du signalement d’une voisine. JessicaLeigh J/peopleimages.com / stock.adobe.com

L’homme de 86 ans est décédé d’une hémorragie cérébrale à son domicile, dans la nuit de samedi à dimanche, «certainement en lien avec les violences subies» lors de son cambriolage. Un deuxième individu, majeur, s’est livré à la police.

Un jeune homme de 17 ans a été mis en examen pour «vol avec violences ayant entraîné la mort» et placé en détention provisoire après le décès d’un octogénaire, roué de coups à son domicile, samedi à Pau, a-t-on appris lundi 27 novembre auprès du parquet. Un deuxième individu, majeur, est en garde à vue depuis cet après-midi au commissariat de Pau. «Il s’est volontairement livré aux forces de police», a indiqué à la presse le procureur Rodolphe Jarry.

Hospitalisé, l’homme de 86 ans est décédé d’une hémorragie cérébrale dans la nuit de samedi à dimanche, «probablement, voire certainement, en lien avec les violences subies», a déclaré à une correspondante de l’AFP le procureur de Pau, Rodolphe Jarry, confirmant une information de la République des Pyrénées. Une autopsie, menée dans les prochains jours, devra «confirmer ou infirmer» le lien.

Visage tuméfié et ensanglanté

Samedi, vers 8 heures, une voisine avait donné l’alerte après avoir «entendu des cris» chez son voisin. L’homme a été retrouvé «le visage tuméfié et ensanglanté, mais conscient» et a expliqué avoir été roué de coups «par deux individus qui ont toqué à sa porte et qu’il avait voulu évincer», indique le procureur, qui a ouvert une information judiciaire.

Le jeune homme mis en examen, déjà condamné pour des faits similaires de vol avec violences par le passé, avait été interpellé peu après les faits, à la suite du signalement d’une voisine qui avait «vu sortir les deux individus» du bâtiment. Une montre appartenant à la victime avait été trouvée en sa possession. Contacté, Me Paul Gosseaume, avocat du jeune homme, a indiqué ne pas avoir «de déclaration à faire à ce stade de la procédure».

L’adolescent «conteste sa responsabilité dans les violences» et semblait en rejeter la responsabilité sur son acolyte, selon le parquet. Le «mobile de ces violences reste très nébuleux», a déclaré le procureur. «Quels étaient leurs liens? S’agissait-il d’une dispute sur le moment ou de griefs plus anciens? Le vol a-t-il entraîné les violences?»: l’instruction devra le déterminer.


data-script=”
>

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button