Business

Pendaison, des fillettes “joliment habillées”, faire-part de mariage dans le bain… On en sait plus sur le décès des jumelles et de leur mère dans le Doubs

Une mère, âgée de 51 ans, et ses deux filles de six ans ont été retrouvées mortes ce lundi à leur domicile près de Pontarlier, dans le Doubs.

Les investigations et autopsies pratiquées ces dernières heures ont permis de déterminer que les  deux petites sont mortes par “asphyxie”.

La mère de famille s’est pendue à une poutre après avoir enroulé son visage de ruban adhésif, comme l’a révélé le procureur de la République Étienne Manteaux, au cours d’une conférence de presse ce mardi soir.

“Elle avait les voies respiratoires bouchées”

Il a précisé que “le père s’est présenté au domicile de Madame, lundi, en milieu de journée. Il a trouvé porte close. Il a appelé les pompiers et les gendarmes qui sont entrés à l’intérieur. Ils ont découvert la mère de famille, inanimée à l’étage. Elle se trouvait à l’aplomb d’une poutre où a été accroché un câble électrique. Cela laissait penser qu’elle a tenté de se suicider par pendaison, a expliqué le magistrat devant la presse. Le câble a rompu et le sillon observé sur son cou montre qu’elle n’est pas décédée de cette façon. Elle avait les voies respiratoires bouchées par du scotch. De l’humidité se trouvait devant sa bouche. C’est probablement ce qui a entraîné le décès par asphyxie lente.

“Joliment habillées et enroulées dans une couverture”

Les deux petites étaient couchées sur le lit lorsqu’elles ont été découvertes. “Elles étaient joliment habillées et enroulées dans une couverture. L’autopsie a fait apparaître que leur décès était dû à un syndrome asphyxique. L’une d’elles portait la trace d’un hématome derrière la tête. Cela peut être compatible avec une asphyxie imposée par un tiers”.

La mère, principale suspecte, a-t-elle utilisé un oreiller ou les a-t-elle noyées? “Pour le moment, on ne peut pas être plus précis. Des analyses toxicologiques, et des examens concernant les tissus vont être effectués pour tenter de le définir. L’hypothèse d’un double homicide prémédité par la mère, suivi d’un suicide est à ce stade privilégiée”.

Des détails glaçants

Sur place, les enquêteurs ont découvert que la mère avait des photos des deux petites sur elle. Tandis que dans l’eau du bain où se trouvait une quantité important de javel, a été trouvé: un ordinateur, un téléphone et le faire-part de mariage.

Des éléments faisant penser que la mère de famille avait mal vécu la séparation avec son époux. “Une procédure a été traitée au parquet en 2021, suite à des appels malveillants de madame. Elle avait fait l’objet d’un rappel à la loi en 2022. Les messages envoyés à son mari à l’époque montrent un grand dépit, une grande colère à son égard. Ils se connaissaient depuis 30 ans, étaient mariés depuis 20 ans et madame a vécu douloureusement cette séparation”, a confirmé le procureur. 

Avant d’ajouter: “Le juge aux affaires familiales avait fixé la résidence des filles au domicile maternel. Ce régime a évolué en mars 2023, avec une garde alternée. La situation semblait apaisée, le papa n’avait pas manifesté d’inquiétude, rien ne semblait présager de cette issue dramatique”. 

Le père, en état de choc, n’a pu être entendu. 

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button