Business

Procès Rédoine Faïd: l’incroyable bourde de la justice qui a dévoilé l’identité d’un accusé sous couvert d’anonymat

Ci-dessus, dessin d’audience du 5 octobre, où «Gaspard», le témoin anonyme, comparaît derrière un paravent. BENOIT PEYRUCQ/AFP

RÉCIT – Jeudi, une bourde a fait voler en éclats l’anonymat d’un indicateur, bouleversantle procès de l’évasion de Rédoine Faïd.

Le procès de l’évasion de Rédoine Faïd du centre pénitentiaire de Réaua sombré jeudi dans le chaos à la suite d’une bourde phénoménale de l’organisation. En début de soirée, la cour commence à entendre l’un des accusés, Gaspard (1), qui comparaît libre, dissimulé derrière un paravent pour protéger son anonymat.

Or, vers 18 h 30, l’image de cet homme apparaît longuement sur les écrans de la salle destinés au public, sans que la cour s’en rende compte. Brouhaha, clameurs – de jubilation parmi des proches de certains accusés -, stupeur, suspension. Au retour, la présidente ordonne la vérification, finalement vaine, de tous les téléphones portables car une photo de l’écran aurait été volée et immédiatement diffusée sur les réseaux sociaux.

L’accusé accepte cependant de commencer sa déposition, interrompue à 21 h 30. Vendredi matin, son conseil, Me Clarisse Serre, visiblement éprouvée, déclare qu’elle n’est pas en mesure de défendre son client. L’audience est suspendue jusqu’à lundi. Et une enquête…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 91% à découvrir.

Vous avez envie de lire la suite ?

Débloquez tous les articles immédiatement.

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button