Business

Punaises de lit : “Il y a un gros manque de pédagogie”, selon le dirigeant de Badbugs.fr, site spécialiste des nuisibles domestiques

Pour Nicolas Roux de Bézieux, “la période où l’on est le plus dangereux quand on a des punaises de lit, c’est quand on n’a pas encore réalisé qu’on en avait”. D’où l’interêt, selon lui, de faire plus de pédagogie.

“Il y a un gros manque de pédagogie”, autour de la prévention contre les punaises de lit, estime ce jeudi sur franceinfo Nicolas Roux de Bézieux, le dirigeant de Badbugs.fr (site spécialiste des nuisibles domestiques) et auteur de “Punaises de lit! Le guide pour s’en débarrasser définitivement”. Plus d’un foyer sur dix est touché par cet insecte en France.

>> Train, cinéma, hôpital… les punaises de lit envahissent les lieux publics

La mairie de Paris a réclamé ce jeudi 28 septembre au gouvernement un plan national de lutte contre les punaises de lit, en particulier en prévision des JO de Paris, l’été prochain. Nicolas Roux de Bézieux s’attend d’ailleurs à une “explosion du nombre d’infestations”, si rien n’est fait d’ici là.

franceinfo : Pourquoi cet insecte parasite prolifère à ce point ? 

Nicolas Roux de Bézieux : Il y a un gros manque de pédagogie, beaucoup de gens ne savent pas ce que c’est. Alors là, ces dernières semaines, c’est très bien, on en parle beaucoup. Mais la période où l’on est le plus dangereux quand on a des punaises de lit, c’est quand on n’a pas encore réalisé qu’on en avait. Du coup, on continue de se rendre chez des amis, de se rendre au cinéma, de se rendre dans des hôtels. C’est comme ça qu’on va infester des lieux publics, des proches, et risquer de contaminer encore plus de personnes. 

Est-ce que ça peut poser un problème de santé publique ?

Oui et non. Il n’y a pas de problème de santé publique dans le sens où la punaise de lit, contrairement aux moustiques ou contrairement aux rats, ne transmet pas de maladie qui peut être dangereuse pour l’être humain. En revanche, là où il y a un danger, c’est pour les personnes touchées qui peuvent avoir un impact à la fois psychologique et financier qui est extrêmement lourd. Psychologique, parce que l’insecte vous pique la nuit dans votre lit, donc c’est très, très dur de bien dormir. Une fois que l’infestation est réglée, il y a une psychose qui peut durer assez longtemps. Il y a 72 000 consultations médicales chaque année à cause des punaises de lit, principalement en raison de troubles qui s’apparentent à du stress post-traumatique de personnes qui, dès qu’elles ont une piqûre, ont l’impression que ça y est, c’est reparti, c’est une nouvelle infestation qui commence, alors que peut-être c’était simplement un moustique. 

Que peut-on faire au niveau national, dans un plan de lutte, par exemple ? 

Malheureusement, c’est quelque chose qui concerne essentiellement les habitations privées, mais il y a sans doute des choses qui peuvent être faites sur des plans de prévention dans les lieux publics, notamment dans les trains et les cinémas. C’est déjà pas mal pris en charge au niveau de ces acteurs-là. Au niveau de l’État, je pense que la seule chose qui serait vraiment importante, c’est d’aller pousser cette pédagogie auprès des particuliers pour qu’ils réalisent le plus tôt possible, surtout post-JO, s’ils sont touchés ou pas, afin d’éviter qu’ils contaminent d’autres personnes ou leur lieu de travail. Peut-être qu’il faudrait aussi financer le traitement chez les personnes qui sont en situation de précarité ?
 
Comment savoir si on a ou si on va avoir des punaises de lit chez soi ? 

Il y a trois petits conseils de prévention que tout le monde devrait vraiment connaître pour éviter de les ramener.

La première cause d’infestation, ce sont les voyages. Donc, si on a le moindre doute en rentrant chez soi, évidemment, la valise ne rentre pas chez vous parce que c’est surtout via les valises que la punaise va transiter. Donc vous mettez toutes vos affaires dans des sacs poubelle. Et ces affaires, soit vous les laver à 60 degrés, et vous les passez au sèche-linge. Soit vous les mettez quelques jours au congélateur. Vous pouvez faire ça aussi quand vous faites des achats de vêtements d’occasion. 
La deuxième cause d’infestation, c’est les proches, les voisins touchés. Donc, il ne faut pas hésiter à en parler autour de soi. Par ailleurs, évitez de poser les manteaux sur le lit quand vous faites des soirées chez vous ou vous allez chez des amis. C’est vraiment le meilleur moyen de se les passer.
Troisième chose, il faut s’assurer contre les punaises de lit. C’est possible et cela coûte 2 euros, il y a une assurance spécifique. Peu importe que vous soyez propriétaire ou locataire, que vous ayez votre assurance habitation chez n’importe quel assureur. Ça vous permet d’être accompagné, d’avoir les traitements qui sont pris en charge, d’avoir du suivi psychologique.
Pour les détecter chez vous, le premier signal, ça va être des piqûres récurrentes. Vous allez être piqué une première fois, puis de nouveau quelques jours après et encore après. Puis petit à petit, ça s’accélère et ensuite on va commencer à trouver des traces de punaises de lit au bout de 6 à 8 semaines en moyenne, avec des petites traces de déjections sur le matelas ou les punaises de lit elles-mêmes. 



Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button