Business

Qu’est-ce que l’alerte “urgence attentat” activée à la suite de l’attaque au couteau à Arras?

Jusqu’à 7.000 soldats de la force Sentinelle doivent être déployés d’ici à lundi soir pour sécuriser le pays après l’attaque au couteau qui s’est produite à Arras, a déclaré l’Elysée samedi matin.

La France est passée, ce vendredi 13 octobre, en alerte “urgence attentat” après l’attaque au couteau à Arras (Pas-de-Calais), où un enseignant a été tué et trois autres personnes ont été blessées, sur fond de crainte d’importation du conflit entre Israël et le Hamas.

Le plus haut niveau de vigilance

Le niveau “urgence attentat” correspond au niveau le plus élevé du dispositif de sécurité Vigipirate. Il peut être mis en place à la suite immédiate d’un attentat ou si un groupe terroriste identifié et non localisé entre en action. Ce niveau vient compléter les deux autres niveaux de protection : “vigilance” et “sécurité renforcée – risque attentat”, activés en fonction de l’intensité de la menace.

La France était jusqu’à présent au niveau “sécurité renforcée – risque attentat” qui correspond à un niveau élevé de la menace terroriste.

La décision de déclencher le niveau le plus élevé a été actée par la Première ministre Élisabeth Borne après une réunion de sécurité à l’Élysée autour d’Emmanuel Macron qui s’est tenue vendredi.

Des moyens renforcés

Le dispositif permet avant tout la mobilisation exceptionnelle de moyens. Emmanuel Macron, qui a qualifié l’attaque de “terrorisme islamiste”, a décidé de “mobiliser jusqu’à 7.000 soldats de la force Sentinelle, qui seront déployés d’ici à lundi soir et jusqu’à nouvel ordre”, a déclaré l’Élysée samedi matin. La force Sentinelle a été lancée le 12 janvier 2015 à la suite des attentats de Charlie Hebdo et de l’Hyper Cacher et s’est pérennisée sur le territoire.

“Quelques milliers” de militaires supplémentaires “vont aider la police et la gendarmerie, pour surveiller les centres commerciaux, pour protéger tous les Français dans leur vie de tous les jours”, avait déjà prévenu vendredi le Premier ministre, Gérald Darmanin, invité du JT de TF1.

Appel à la vigilance des administrations

Ce niveau d’alerte permet aussi de diffuser des informations susceptibles de protéger les citoyens dans une situation de crise et de prendre des “mesures exceptionnelles pour prévenir tout risque d’attentat imminent ou de sur-attentat”, selon le site de la préfecture du Haut-Rhin.

En France, “il n’y a pas de menace caractérisée, il y a une atmosphère extrêmement négative notamment du fait de l’appel à des passages à l’acte”, a ajouté le ministre de l’Intérieur vendredi soir, avant d’ajouter : “c’est pour dire à toutes les administrations de faire attention”.

Un dispositif limité dans le temps

Le niveau “alerte attentat”, est instauré pour une durée limitée, “le temps de la gestion de crise”, précise le ministère de l’Intérieur sur son site.

Le dernier déclenchement de ce niveau d’alerte remonte à octobre 2020, après l’assassinat de trois personnes dans une basilique à Nice. Il avait alors pour objectif de garantir “la sécurité des lieux de culte, en particulier au moment des fêtes de la Toussaint, des bâtiments publics (établissement, établissement de santé), des ressortissants et des intérêts français à l’étranger”, énumérait alors le ministère de l’Intérieur sur son site.

Top Articles

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button