Business

«Rappeler la France à elle-même» : Emmanuel Macron annonce «un rendez-vous avec la nation» en janvier 2024

Le président de la République Emmanuel Macron. POOL / REUTERS

Dans des confidences au Monde, le président de la République indique vouloir envoyer un «message d’unité» à un pays fracturé. Avec la «lucidité exigeante qui consiste à regarder les problèmes», sans laisser la nation «se démantibuler».

Comment recoller les différents îlots d’un pays qu’on dit fracturé ? Telle est la tâche que s’est confiée Emmanuel Macron. Si le contexte international, eu égard à la guerre en Israël et le Hamas, et les drames sociétaux, comme la mort du jeune Thomas, ont un peu plus creusé le fossé entre deux France ces dernières semaines, le président de la République ne s’avoue pas vaincu. Dans des confidences accordées au journal Le Monde , et publiées ce vendredi soir, le chef de l’État est revenu sur le défi unitaire qui l’attend, en marge d’une visite jeudi au Panthéon pour choisir le caveau qui abritera le résistant Missak Manouchian en février 2024.

Alors qu’une cérémonie aura lieu à cette occasion, comme pour les précédentes entrées de l’écrivain Maurice Genevoix ou de la meneuse de revue et résistante Joséphine Baker, le président entend faire de ce moment un symbole. Une incarnation dans un moment où la nation «se pose beaucoup de questions», considère le chef de l’État. Ayant bien conscience que les divisions sont profondes, Emmanuel Macron s’est «assigné un rôle». Celui de «tenir l’unité du pays».

«Les Français savent qui ils sont»

Façon de ne pas laisser le monopole des questions identitaires à la droite nationaliste, qui nourrirait l’hypothèse d’une «guerre civile». Pour y remédier, président va donc envoyer un «message d’unité» aux Français sur la question si sensible du vivre-ensemble. Sans en préciser les contours spécifiques, le locataire de l’Élysée annonce «un rendez-vous avec la nation» en janvier prochain. Pour «rappeler la France à elle-même, à ce qu’elle est». Et «ce qui nous constitue» comme peuple.

Une urgence d’autant plus cruciale que le deuxième mandat d’Emmanuel Macron se termine dans trois ans et demi. Malgré cette échéance, le président le martèle : «Il faut redonner une espérance, un goût de l’avenir». Presque un discours de campagne. Dans le cadre de ce «rendez-vous» énigmatique, le chef de l’État vante une «lucidité exigeante qui consistera à regarder les problèmes du pays mais aussi à ne pas le laisser se démantibuler.» Fidèle à sa philosophie du «en même temps», il espère surtout se frayer un chemin «entre le déni» d’une partie de la gauche et «l’hyperdramatisation» de la droite nationaliste.

Emmanuel Macron a beau saluer «comment le pays se tient» malgré les secousses nationales et internationales, contrairement à d’autres nations, le président charge toutefois certaines «élites». Lesquelles «jouent sur les peurs» et «entretiennent la confusion des esprits». «Les Français sont des gens qui savent malgré tout profondément qui ils sont, beaucoup plus qu’on voudrait le dire.»

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button