Business

Relaxe d’Eric Dupond-Moretti : c’est un “bras d’honneur à l’idée de justice”, dénonce le député LFI Ugo Bernalicis

Eric Dupond-Moretti, le ministre de la Justice, a été relaxé ce mercredi par la Cour de justice de la République, au terme de son procès pour “prise illégale d’intérêts”.


Publié



Temps de lecture :
8 min

Ugo Bernalicis, député La France insoumise du Nord, était l'invité du 18.20 de franceinfo du 29 novembre 2023. (CAPTURE ECRAN)

Ugo Bernalicis, député La France insoumise du Nord, dénonce mercredi 29 novembre sur franceinfo un “bras d’honneur à l’idée de justice”, après la relaxe prononcée par la Cour de justice de la République à l’endroit du ministre de la Justice, Eric Dupont-Moretti, qui était poursuivi pour prise illégale d’intérêts. “Je m’y attendais, c’est un jugement de complaisance”, confie le député Insoumis, puisque selon lui, “c’est le cas de tous les politiques à la CJR : soit des dispenses de peine, soit des relaxes, soit des peines extrêmement faibles par rapport au citoyen dans le droit commun”.

Depuis sa création en 1993, cette juridiction d’exception, la seule à pouvoir juger des membres du gouvernement dans l’exercice de leurs fonctions, a prononcé six relaxes, deux condamnations assorties de dispenses de peine, cinq condamnation à de la prison avec sursis, mais jamais de peines de prison ferme.

Une “violation du secret du délibéré”

Ugo Bernalicis “conteste formellement” la décision rendue ce mercredi par la Cour de justice de la République et “demande que le procureur général près la cour de cassation, M. Heitz fasse appel”, car, assure l’élu Insoumis, la décision est “infondée en droit”. Ugo Bernalicis rappelle qu’il a lui-même déposé plainte contre le garde des Sceaux dans ce dossier, une plainte finalement jugée “irrecevable”, précise l’élu.

Interrogé sur la pertinence de la CJR, Ugo Bernalicis se prononce en faveur d’un “jury populaire pour juger les ministres et tous les politiques pour ce qu’ils ont fait dans le cadre de leurs fonctions : quoi de mieux que le peuple pour juger ses représentants?”, avance l’élu. Le député LFI est “pour donner le niveau maximum de garantie d’indépendance” au jugement, et “du sens”. 

Ugo Bernalicis dénonce enfin la “violation du secret du délibéré”, évoquant la journaliste de France 2, Nathalie Saint-Cricq, qui, ce mercredi matin, quelques heures avant le délibéré officiel, annonçait à l’antenne que le ministre de la Justice allait être relaxé. “Je vais déposer plainte contre X pour violation du secret du délibéré”, promet le député LFI du Nord.



Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button