Business

Rentrée politique, en direct : quand Emmanuel Macron parle de « référendum », la Nupes lui répond « retraites »

Emmanuel Macron fixe rendez-vous « loyalement » à ses opposants

« Converger sans reniement ni renoncement. » Emmanuel Macron a officialisé son invitation aux partis politiques pour une grande réunion, mercredi 30 août, afin de travailler à des décisions dépassant les clivages, mais la gauche s’indigne déjà d’un ordre du jour qu’elle juge lacunaire. Les chefs des partis sont conviés à une après-midi de discussions et un dîner.

L’objectif est de bâtir « ensemble » des textes législatifs et ouvrir la voie, « le cas échéant », à des référendums, écrit le chef de l’Etat dans un courrier adressé aux partis. Par touches successives, le chef de l’Etat met ainsi en musique « l’initiative politique d’ampleur » annoncée au cœur de l’été pour sortir des blocages à l’Assemblée nationale, où son gouvernement se heurte à l’absence de majorité absolue.

« Quand l’intérêt supérieur du pays est en jeu, j’ai confiance, comme beaucoup de Français, dans notre capacité à converger sans reniement ni renoncement », écrit Emmanuel Macron dans cette lettre également envoyée aux présidents des assemblées.

Les discussions porteront sur « la situation internationale et ses conséquences pour la France », « l’efficacité de l’action publique » y compris de nouvelles pistes de décentralisation et de réformes institutionnelles, et « la cohésion de la nation », ajoute-t-il.

Après avoir voulu écarter le Rassemblement national (RN) et La France insoumise (LFI), l’Elysée s’est ravisé et a finalement convié ces deux formations que la macronie juge pourtant hors de « l’arc républicain ». « C’est une main tendue loyalement, insiste-t-il dans sa lettre, évoquant l’élaboration rapide de textes législatifs. Le peuple, par la voix de ses représentants et le cas échéant par référendum, aura le dernier mot. »

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button