Business

Romans-sur-Isère : un des auteurs de menaces à l’encontre de la maire de la ville condamné à huit mois de prison ferme

La maire de Romans-sur-Isère a été victime d’intimidation la semaine dernière “en lien avec les désordres commis” dans la commune “après les faits criminels commis à Crépol”, a confirmé mercredi le parquet de Valence.

Article rédigé par

France Info

avec France Bleu Drôme Ardèche

Radio France


Publié



Mis à jour



Temps de lecture : 2 min

La maire de Romans-sur-Isère, Marie-Hélène Thoraval, à Paris, le 8 septembre 2020. (VINCENT ISORE / MAXPPP)

L’un des auteurs des menaces à l’encontre de la maire de Romans-sur-Isère dans la Drôme a été condamné à huit mois de prison ferme avec mandat de dépôt, rapporte mercredi 6 décembre dans la soirée France Bleu Drôme Ardèche. L’individu – immédiatement incarcéré – a été jugé mercredi 6 décembre en comparution immédiate pour “appels téléphoniques malveillants” et “outrages par paroles ou menaces” à l’encontre de l’élue.

Il était accusé d’avoir appelé à deux reprises Marie-Hélène Thoraval, le 29 novembre, à la mairie, afin de l’intimider. L’élue affirmait notamment avoir été questionnée sur la présence de garde du corps autour d’elle et avoir été traitée de “facho”.

L’homme âgé d’une trentaine d’années et originaire du Pas-de-Calais, d’après le procureur de Valence, a déjà été condamné à “plus de 20 reprises”. On ignore les motifs de ces précédentes condamnations. Il a été interpellé à Marseille en début de semaine. En plus des huit mois de prison ferme, l’individu a été condamné à verser 500 euros de dommages et intérêts à la maire de Romans-sur-Isère.

L’élue a dénoncé “une zone de non-droit” dans sa ville

Sur les réseaux sociaux, Marie-Hélène Thoraval écrit : “Interpellation de l’auteur des appels pour m’intimider”. Elle ajoute que l’homme a été “condamné à 23 reprises”, avant de remercier la police pour “sa célérité et son efficacité” et la justice pour “sa fermeté”. Elle conclut en précisant que l’auteur des menaces de mort sur Instagram n’est quant à lui “pas encore appréhendé”.

Le 29 novembre, Marie-Hélène Thoraval, avait porté plainte après avoir été menacée de mort dans la journée via un compte privé sur les réseaux sociaux. Des menaces alors que l’élue Horizons avait récemment pris position dans des interviews télévisées à la suite de la mort de Thomas, 16 ans, tué à Crépol. La maire avait notamment mentionné le quartier de La Monnaie à Romans-sur-Isère, dénonçant “une zone de non-droit” mise en place par des jeunes. C’est dans ce quartier que vivent des suspects dans l’affaire du meurtre de Thomas. Des militants de l’ultradroite avaient par la suite appelé à des rassemblements, notamment à Lyon et à une expédition punitive à Romans-sur-Isère, émaillée de heurts.

Dans son communiqué, le parquet de Valence confirme mercredi 6 décembre que les menaces qui visent l’élue sont “en lien avec les désordres commis à Romans-sur-Isère après les faits criminels commis à Crépol”.



Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button