Business

Simulation de noyade imposée dans une école de police : un formateur suspendu en Seine-Maritime

Un formateur de l’école de police d’Oissel, près de Rouen, a été suspendu après la diffusion d’une vidéo montrant un simulacre de noyade imposé aux élèves, et une enquête administrative de l’IGPN, la « police des polices », a été lancée, a annoncé la police nationale jeudi 30 novembre.

La vidéo, révélée par Le Parisien et BFM-TV, montre des élèves de cette école accroupis le long d’un mur, un tissu noir sur la tête sur laquelle on leur verse de l’eau tandis qu’on leur demande de chanter La Marseillaise.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Police : un déficit de formation à l’usage des fusils d’assaut

Dans un message posté sur X, la police nationale a expliqué qu’il s’agissait de l’« initiative d’un formateur en école de police ». « Ce comportement et cette méthode ne peuvent pas être tolérés et sont fermement condamnés par la direction générale de la police nationale », a ajouté l’institution en annonçant une enquête administrative de l’IGPN, la « suspension du formateur en techniques de sécurité en intervention (FTSI) », et la convocation du directeur de l’école par le directeur général de la police nationale (DGPN).

Un moniteur déjà signalé pour ses méthodes

Interrogé sur France 2 jeudi matin, Gérald Darmanin a jugé que c’était « tout à fait inacceptable ». « J’ai demandé qu’on suspende en effet ce formateur, de convoquer le directeur de l’école de police d’Oissel. Il sera convoqué d’ici la fin de la semaine, on tirera d’ailleurs les conséquences », a dit le ministre de l’intérieur. « Il n’y a aucune possibilité de faire ce genre de choses absolument inacceptables », a-t-il insisté, « et la police nationale, y compris dans ses écoles, doit respecter les règles comme tout le monde ».

« Ce policier moniteur a déjà été signalé par le passé pour ce type de méthodes qui sont hors déontologie », a ajouté une source syndicale policière à l’Agence France-Presse, précisant qu’il s’agit d’un « moniteur spécialisé en technique d’intervention de police et de tir ». « C’est un dérapage, cela ne correspond pas à la pédagogie enseignée au sein de l’école », a assuré la même source. La direction de l’école n’a pas réagi pour le moment.

Lire aussi la tribune : Article réservé à nos abonnés « L’institution policière est parvenue à convaincre le gouvernement qu’il ne tient que par elle »

Le Monde avec AFP



Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button