Business

Toulouse. En pleine nuit, un engin crame sur le chantier du métro : un feu criminel ?

Voir mon actu

L’incendie aurait pu passer inaperçu suite à l’intervention des pompiers. Mais une enquête vient d’être ouverte par le Procureur de la République de Toulouse, affirme la permanence du Parquet à d’Actu Toulouse.

Selon les informations de La Dépêche du Midi, qu’Actu Toulouse est en mesure de confirmer, une foreuse du chantier de la future station Sept-Deniers de la ligne C du métro de Toulouse, près du stade Ernest-Wallon, a été incendiée dans la nuit de vendredi 17 à samedi 18 mai 2024. 

Un feu de nuit, criminel ou accidentel ?

Le feu a été déclaré vers 3 heures du matin, suscitant l’intervention d’une équipe de pompiers du SDIS de Haute-Garonne. 

Retournée sur place le lendemain, la police « n’a rien constaté de particulier ». En revanche, selon une source policière, et suite à l’intervention des pompiers, le départ de feu pourrait être criminel. Auraient-ils eu l’œil ?

Cette mouvance anti-autoritaire revendique l’incendie

Bien que l’enquête soit en cours pour déterminer s’il s’agit d’un feu accidentel ou criminel, et qu’aucune interpellation n’ait été faite, la mouvance anti-autoritaire a revendiqué l’action sur son site d’information.

Dans une publication intitulée « La nuit porte conseil », IAATA déclare avoir « cramé une foreuse appartenant à NGE, travaillant sur la nouvelle ligne du métro toulousain », agacée par cette construction ainsi que la LGV et l’autoroute A69.

Un hommage au mort sur le chantier du métro

Elle ajoute : « par ce geste, on souhaite rendre hommage au travailleur mort le 4 mars 2024 sur le chantier de cette ligne de métro ».

Vidéos : en ce moment sur Actu

L’homme décédé, un salarié de Bouygues, œuvrait sur le chantier près du centre commercial de Labège lorsque le viaduc en construction s’est effondré.

« Nous ne reculerons pas », réagit le maire

Sur son compte X, le maire de Toulouse, Jean-Luc Moudenc a blâmé cette action revendiquée. Il commente : « En s’attaquant à la ligne C, ces écologistes radicalisés cherchent à brutaliser et intimider pour imposer leur idéologie par le sabotage. Nous ne reculerons pas. »

Reste à savoir si l’enquête confirmera le caractère criminel de cette action revendiquée publiquement.

Suivez toute l’actualité de vos villes et médias favoris en vous inscrivant à Mon Actu.



Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button