Business

Troubles psychiatriques, radicalisation… Le profil inquiétant de l’assaillant qui a tué un touriste à Paris

L’homme de 26 ans, fiché S, a été déjà été condamné à quatre ans de prison en 2016 pour un projet d’action violente. Souffrant de lourds troubles psychiatriques, il avait été en contact avec les terroristes de Magnanville et de Saint-Étienne-du-Rouvray.

Un homme de 26 ans a tué un touriste allemand et blessé deux autres personnes à Paris, ce samedi 2 décembre dans la soirée. Placé en garde à vue, il doit désormais s’expliquer devant les enquêteurs antiterroristes. Depuis l’attaque, les éléments de son profil se précisent.

· Un Français fiché S

D’après les informations de BFMTV, l’assaillant est Armand R., un Français né en 1997 à Neuilly-sur-Seine de parents iraniens.

Fiché S, il avait été placé sous contrôle judiciaire et sous Micas, un dispositif administratif assorti de mesures comparables à celles d’un contrôle judiciaire, et visant à prévenir des actes de terrorisme. Il est connu des services de justice pour islamisme radical et a crié “Allah akbar” au moment des faits, selon une source policière.

· Déjà condamné en 2016

Selon nos informations, l’assaillant avait déjà été arrêté en juillet 2016 car il projetait de commettre une action violente à La Défense. Il avait été condamné pour association de malfaiteurs terroriste à cinq ans de prison dont un avec sursis mis à l’épreuve. Il était sorti de prison depuis 2020.

• Troubles psychiatriques lourds

Les enquêteurs vont désormais se pencher sur le suivi médical de l’auteur, un homme au “profil très instable, très influençable”, selon une source sécuritaire interrogée par l’AFP. “Est-ce qu’il était suivi médicalement comme il aurait dû l’être et comme il l’a été un temps, c’est une question qui se posera?”, a dit une source policière à l’AFP. Le ministre de la Santé a précisé dimanche qu’il était soumis à un “suivi” psychiatrique, sans hospitalisation.

Selon une source proche de l’enquête à BFMTV, l’assaillant souffre de troubles psychiatriques lourds, et présente un profil psychotique. Alors qu’il était en prison, il bénéficiait pour d’un traitement médical qui s’est poursuivi à sa sortie. Lors de sa sortie, il a fait l’objet d’un suivi jugé plutôt “encourageant”. “Les premiers mois étaient encourageants”, il semblait s’être “détaché de la religion” après sa remise en liberté, a confirmé une source sécuritaire à l’AFP.

Mais en mars 2022, il a cessé de prendre son traitement médicamenteux, composé d’un neuroleptique atypique, a appris BFMTV de source policière, en accord avec son médecin. Le 19 septembre 2022, d’après la même source, le juge d’application des peines avait ordonné une injonction de soins.

Le médecin coordonnateur, dans ses rapports successifs, a quant à lui indiqué qu’il n’y avait aucune nécessité de reprendre un suivi médicamenteux. Le dernier rapport, daté du 21 avril 2023, expliquait qu’aucune dangerosité d’ordre psychiatrique n’était identifiée chez le jeune homme.

Il y a quelques semaines, la mère d’Armand R. avait signalé à leur médecin de famille que son fils ne prenait pas ses médicaments, a appris BFMTV d’une source proche de l’enquête. Le médecin n’a pas estimé qu’il devait les reprendre.

· Une vidéo de revendication

Vivant chez ses parents en Essonne selon Gérald Darmanin, l’assaillant a publié sur les réseaux sociaux une vidéo de revendication de son attaque, selon une source proche de l’enquête à BFMTV.

Dans la vidéo, il évoque “l’actualité, le gouvernement, le meurtre de musulmans innocents”. Aucune référence explicite n’est faite sur le conflit entre Israël et le Hamas ou la situation dans la bande de Gaza.

À ce stade, les enquêteurs ne savent pas quand elle a été tournée. Elle a été postée en ligne “quasi concomitamment” au passage à l’acte.

• En lien avec des terroristes

Armand R. a par ailleurs été en lien, par le passé, avec les terroristes des attentats de Magnanville et de Saint-Étienne-du-Rouvray, a appris BFMTV d’une source proche de l’enquête.

En 2016, Armand R. comptait parmi ses amis Facebook Larossi Aballa, le tueur de l’attentat de Magnanville. Ce dernier a été abattu par le Raid après avoir assassiné un couple de policiers à leur domicile le 13 juin 2016. La même année, l’assaillant de Paris a également conversé avec Adel Kermiche, l’un des deux terroristes de Saint-Étienne-du-Rouvray qui a couté la vie au père Jacques Hamel le 26 juillet 2016.

Selon une source judiciaire à BFMTV, il avait également échangé en 2020 des messages avec Abdoullakh Anzorov, l’assassin de l’enseignant Samuel Paty, tué la même année à Conflans-Sainte-Honorine.

Matthias Tesson et Alexandra Gonzalez avec François Blanchard

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button