Business

Un brocanteur achète un masque pour 150 euros et le revend pour 4,2 millions, un couple de retraités engage des poursuites

l’essentiel
Un couple de retraités du sud de la France souhaite faire annuler la vente à un brocanteur, pour 150 euros, d’un masque africain revendu six mois plus tard pour 4,2 millions d’euros.

Un couple de retraités du sud de la France a saisi la justice pour faire annuler la vente à un brocanteur, pour 150 euros, d’un masque d’Afrique centrale qui leur appartenait et a ensuite été revendu pour plus de quatre millions d’euros.

“Il faut faire preuve d’un peu de bonne foi et d’honnêteté. Mes clients n’auraient jamais cédé ce masque à ce prix s’ils avaient su qu’il s’agissait d’une pièce rarissime”, a expliqué lundi à l’AFP leur avocat, Frédéric Mansat Jaffré. L’affaire sera plaidée le 31 octobre devant le tribunal judiciaire d’Alès (Gard), dont la décision est attendue à la fin de l’année.

“Rarissime”

En septembre 2021, ce couple d’Eure-et-Loire aujourd’hui âgé de 88 ans et 81 ans avait fait appel à un brocanteur pour se débarrasser des objets présents dans leur résidence secondaire du Gard qu’ils voulaient vendre, a précisé l’avocat, confirmant une information publiée par Le Monde. Ils lui cèdent notamment, pour 150 euros, un masque en bois sculpté ayant appartenu à un aïeul, ancien gouverneur colonial en Afrique.

Six mois plus tard, le couple découvre en lisant leur journal que la vente d'”un rarissime masque du XIXe siècle, apanage d’une société secrète du peuple Fang au Gabon”, est organisée deux jours plus tard à Montpellier. La photo confirme qu’il s’agit bien de leur ancien masque, dont l’esthétique a inspiré les peintres Modigliani ou Picasso et dont il ne reste dans le monde qu’une dizaine d’exemplaires.

Le catalogue de la salle de vente précise que ce masque avait été “collecté vers 1917, dans des circonstances inconnues, par le gouverneur colonial français René-Victor Edward Maurice Fournier (1873-1931), probablement lors d’une tournée au Gabon”.

Dédommagement de 300 000 euros

Lors de la vente, le 26 mars 2022, le masque est adjugé pour 4,2 millions d’euros, hors frais, pratiquement un record pour un objet de ce type, malgré les protestations dans la salle de Gabonais réclamant sa “restitution” à son pays d’origine.

Le brocanteur a proposé la somme de 300 000 euros aux retraités, qui “n’ont jamais vu le chèque”, a expliqué à l’AFP leur avocat. Le tribunal d’Alès pourrait décider d’un partage plus équitable du produit de cette vente, a-t-il indiqué. D’ici là, les comptes bancaires du brocanteur restent bloqués, sur décision de la cour d’appel de Nîmes.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button