Business

La Meauffe : un mort dans l’explosion de munitions de la Seconde guerre mondiale, d’autres explosifs retrouvés

Une explosion de munitions datant de la Seconde guerre mondiale s’est produite à La Meauffe, près de Saint-Lô, ce samedi 30 septembre vers 9 heures du matin. Un homme de 64 ans est décédé. Un autre homme de 64 ans est lui grièvement blessé et a été évacué par hélicoptère au CHU de Caen. Un troisième homme, âgé de 51 ans, est légèrement blessé et a été transporté à l’hôpital de Saint-Lô. Les pompiers ont également pris en charge deux personnes en état de choc, mais qui n’ont pas nécessité une hospitalisation.

Logo France Bleu

Une explosion entendue à 7 km à la ronde

Selon les premiers éléments, les cinq personnes impliquées s’étaient retrouvées pour vider une maison en vente, après le décès du propriétaire il y a un an. Ils auraient allumé un feu à l’extérieur, malgré une interdiction, près de bâtiments situés dans le hameau inhabité de la Cour Talvas, sur la commune de La Meauffe.

Selon le maire de la commune, Pascal Langlois, joint par France Bleu Cotentin, “ils ont jeté dans le feu, un sac contenant entre 15 et 20 kg d’explosifs datant de la seconde guerre mondiale, dont des obus qui avaient été démontés”. L’explosion a été “entendue dans des villages à 7 km alentour. Le boum a été impressionnant (…) Le souffle a ébranlé les bâtiments : un pavillon non occupé et un hangar agricole, brisant les vitres et faisant s’envoler les toitures”, décrit l’élu.

Il s’agissait apparemment de “produits allemands hautement explosifs”, selon Pascal Langlois. “Le monsieur qui habitait là a eu de la chance de ne pas avoir eu sa maison soufflée en manipulant ces matières au cours de sa vie”.

Une trentaine de pompiers des centres de secours de Saint-Lô, Saint-Clair et Canisy mais aussi un spécialiste des risques chimiques et les démineurs ont été mobilisés. Sur place, ces derniers ont découvert d’autres explosifs. “Il en restait 5 kg à faire exploser, ç’a été fait dans un champ vers 17 heures ce samedi 30 septembre. J’ai dû faire venir une pelleteuse pour creuser un trou pour les enfouir avant de les faire exploser”, explique le maire.

Un périmètre de sécurité est mis en place et le secteur est à éviter.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button