Business

Val-d’Oise : un adolescent de 15 ans tué lors d’une rixe sur fond de rivalités entre quartiers

Un adolescent de 15 ans a été tué par arme blanche dans une rixe impliquant des jeunes de Domont et d’Ezanville, dans le nord du Val-d’Oise, lundi 4 décembre. Les faits ont eu lieu vers 18 h 15 à Domont et ont impliqué des « jeunes gens qui se connaissaient », d’après le parquet de Pontoise, confirmant une information du site Actu 17.

« On serait sur un phénomène assez classique de bagarre entre bandes », a précisé la gendarmerie. L’adolescent a été blessé à l’arme blanche au niveau du cou et du cœur, a communiqué le parquet. Malgré la tentative de réanimation des pompiers, il est mort des suites de ses blessures. Au moins un autre jeune homme a été blessé au cours de cette bagarre impliquant une vingtaine de personnes, selon la gendarmerie.

« L’enquête est en cours pour identifier les participants », selon le parquet de Pontoise. Ouverte pour homicide, elle a été confiée à la brigade de recherches de gendarmerie de Montmorency et à la section de recherche de Versailles. D’après les maires des communes concernées, l’adolescent est originaire d’Ezanville.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés A Paris, l’impuissance des pouvoirs publics face aux violences entre mineurs

« Une altercation pour une histoire banale de baskets »

Interrogé par BFM-TV, Eric Battaglia, maire d’Ezanville, est revenu sur les circonstances de la mort de l’adolescent. « Il y aurait eu une altercation entre ce jeune et des jeunes de Domont pour une histoire banale de baskets, qui daterait de la semaine dernière. Il se serait défendu et [ils] s’étaient promis de se retrouver et malheureusement ils se sont retrouvés et ça a été fatal pour ce jeune. » L’édile souligne que le mineur n’avait « aucun problème, ni [ne posait aucune] difficulté » et était « connu positivement par la commune d’Ezanville : il était très impliqué au service jeunesse ».

A la suite de la mort de ce jeune scolarisé en seconde au lycée Georges-Sand de Domont, le maire « craint qu’il y ait des attroupements aujourd’hui ». « Les jeunes me parlent d’une marche en son hommage (…). J’ai envoyé tous [les] animateurs du service jeunesse pour avoir un peu d’information et calmer les jeunes aussi qui, forcément, veulent venger leur petit camarade », a poursuivi M. Battaglia qui, lundi, écrivait sur Facebook « [compter] sur tous pour garder le calme et ne pas penser à une vengeance inutile, pensons à notre jeune et à sa famille ».

Un important dispositif gendarme et policier a été déployé dans le secteur. M. Battaglia a remercié les forces de l’ordre présentes hier soir dans sa commune et redoute des tensions à la sortie du lycée et dans la soirée.

Lire aussi le reportage : Article réservé à nos abonnés Contre les bagarres de jeunes, des mères de Seine-et-Marne se mobilisent

Le Monde avec AFP



Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button