Business

Vidéo. Jean-Luc Mélenchon à Bordeaux à propos du Hamas : « Pour nous, aucune atrocité n’est excusable »

À Bordeaux, la tournée promotionnelle de Jean-Luc Mélenchon pour son dernier livre devait s’arrêter ce 11 octobre à l’université à l’occasion d’une rencontre dans le cadre du cycle de conférence « L’économie c’est politique ». Elle affichait complet. 900 inscrits selon les organisateurs. Mais « devant les risques…

À Bordeaux, la tournée promotionnelle de Jean-Luc Mélenchon pour son dernier livre devait s’arrêter ce 11 octobre à l’université à l’occasion d’une rencontre dans le cadre du cycle de conférence « L’économie c’est politique ». Elle affichait complet. 900 inscrits selon les organisateurs. Mais « devant les risques avérés de troubles à l’ordre public, d’atteinte à la sécurité des personnes et des biens, et l’ampleur des moyens de sécurité requis, l’Université de Bordeaux a pris la décision, le 6 octobre, d’annuler la tenue de cet événement dans ses locaux ».

Le leader Insoumis a été accueilli aux Chantiers de Garonne à Bordeaux. 300 personnes étaient présentes, sur inscription. Les journalistes n’étaient pas conviés. Nous avons pu entrer. Du contexte, il a dit un mot : « On nous a parlé de menaces d’extrême droite. Bof. Nous avons appelé la préfecture qui nous a dit qu’il n’y en avait pas. Nous n’avons pas peur. »

« Crimes de guerre »

Critiqué sur ses prises de position à propos des attaques du Hamas, il a relevé les paroles de la présidente de l’Assemblée nationale Yaël Braun-Pivet, le 10 octobre ( « Devant cette barbarie, je veux redire qu’Israël est un pays ami, à qui je veux réaffirmer au nom de la représentation nationale notre totale solidarité et notre soutien inconditionnel. ») : « C’est une position aberrante pour un état libre, soutient Jean-Luc Mélenchon. Pour moi, le gouvernement est aligné inconditionnellement à celui d’Israël », « si nous acceptions de caractériser comme terroriste une action de guerre, nous la soustrayons au droit international. Le droit international ne prévoit aucune dénomination de caractère terroriste. Les deux seules qui le sont selon l’ONU sont al-Qaida et Daesh. Point final ».

« Nous parlons de crimes de guerre et de rien d’autre. Ceux du Hamas mais aussi ceux d’Israël contre Gaza. » Et d’interpeller le Président Macron : « Pour nous, aucune atrocité n’est excusable. Oui ou non ? Condamnez-vous tous les crimes de guerre ? Demandons-nous le cessez-le-feu immédiat ? Acceptons-nous la mise en place d’un corridor humanitaire pour la population de Gaza, et si oui, la France propose-t-elle la participation des casques bleus français, et sommes-nous toujours sur la demande libération immédiate des otages ? »

Il a ensuite décliné les thèmes de son livre et répondu à quelques questions sur la montée des violences policières et d’extrême droite et sur « l’inaction climatique ».



Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button