Business

VIDÉO – Pédocriminalité : les profils inquiétants des 80 personnes interpellées après un vaste coup de filet

Une vaste opération anti-pédocriminalité a été menée cette semaine en France, coordonnée par l’Office des mineurs.
Pas moins de 80 personnes soupçonnées de pédocriminalité ont été interpellées.
Quel est le profil des personnes arrêtées ? TF1 fait le point.

Ils sévissaient sur internet, et partageaient des dizaines de photos et vidéos. Des enfants dénudés, subissant des abus sexuels, et parfois torturés. De mardi à vendredi 8 décembre, une vague sans précédent d’interpellations simultanées a été menée dans 53 départements français, dont deux d’Outre-mer, afin de lutter contre le téléchargement et le partage de contenus pédocriminels.

80 personnes ont été arrêtées et toutes ont reconnu les faits. “Ce ne sont pas des individus qui avaient des contacts directs entre eux, mais ils échangeaient sur les mêmes plateformes des images pédocriminelles. Il n’y a pas de frontière, en réalité, entre ce qu’il se passe sur internet et ce qu’il se passe dans la vie réelle. C’est ainsi qu’on va détecter des individus qui vont passer ou sont passés malheureusement à l’acte”, explique le commissaire Quentin Bevan, directeur opérationnel de l’Office mineurs (OFMIN). 

Deux professeurs des écoles arrêtés

Ces 80 arrestations révèlent des prédateurs aux profils très différents. Selon une source policière au service police-justice de TF1/LCI, figurent deux professeurs des écoles, dont l’un possédait des images d’enfants dont il avait la charge. Un surveillant de nuit dans un foyer d’enfants en situation de handicap a également été mis en cause. Celui-ci avait changé d’identité pour pouvoir travailler de nouveau et au contact de mineurs. Il est aujourd’hui incarcéré.

“Cela concerne tout le territoire français et tous les milieux. Toutes les catégories sociales et toutes les catégories professionnelles. Pour nous, ce qui est surtout très inquiétant, c’est qu’il y ait des professionnels de la protection de l’enfance ou de l’enseignement”, réagit Martine Brousse, présidente de l’association “la voix de l’enfant”, interrogée dans le reportage ci-dessus. 

Plusieurs individus déjà mis en cause auparavant

Certaines personnes arrêtées consommaient massivement des vidéos, comme l’entraîneur d’un club de handball du Val-d’Oise. D’autres étaient peut-être déjà passés à l’acte. À Nice (Alpes-Maritimes) par exemple, les enquêteurs soupçonnent un retraité d’avoir violé plusieurs mineurs de son entourage. À Tarbes (Hautes-Pyrénées), un ambulancier aurait abusé d’enfants inconscients pendant qu’il les transportait. 

Dans la synthèse du bilan de l’opération, consultée par le service police-justice de TF1/LCI, les enquêteurs ont par ailleurs noté que plusieurs individus avaient déjà été mis en cause auparavant, ou sont actuellement jugés dans des affaires relevant de la pédocriminalité. “Six individus ont révélé un profil particulièrement inquiétant”, est-il indiqué dans le rapport.

  • Lire aussi

    Pédocriminalité dans l’Église : plus de 200.000 victimes d’agression sexuelle de la part de religieux en Espagne

À l’issue des gardes à vue, 51 personnes ont été déférées. Parmi elles, 13 sont actuellement écrouées dans le cadre d’une détention provisoire confirmée par le juge des libertés et de la détention ou à l’issue d’une condamnation prononcée lors de leur passage en comparution immédiate devant divers tribunaux en France.


M.T | Reportage TF1 : Baptiste Guenais, Raphaël Maillochon

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button